ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Port-au-Prince ravagée par un violent séisme

Séisme à Port-au-Prince

Le palais présidentiel a été détruit par le séisme.

Photo : Twitter

Radio-Canada

Un tremblement de terre de magnitude 7 cause l'effondrement de plusieurs édifices dans la capitale haïtienne, dont le palais présidentiel et le siège de la mission de l'ONU. On craint des milliers de victimes.

« Catastrophe », « chaos », « désastre », « dommages sévères »: les mots utilisés pour décrire le tremblement de terre de magnitude 7 qui s'est produit mardi, peu après 17 h, à seulement quelques kilomètres des côtes d'Haïti, laissent présager un lourd bilan.

Selon le US Geological Survey (USGS), l'épicentre de la secousse était situé à environ 15 km à l'ouest de la capitale haïtienne, Port-au-Prince, où vivent près de 2 millions de personnes. Sa profondeur n'était que de 8 kilomètres.

Le désastre en images.

D'après un journaliste de l'AFP présent sur place, la secousse très violente a duré plus d'une minute, allant jusqu'à faire sauter les véhicules en pleine rue. Elle a été suivie d'au moins cinq répliques, variant de 5 à 5,9, a indiqué l'USGS.

La ville a été le théâtre de scènes de panique, alors que plusieurs personnes en pleurs recherchaient des survivants. Les témoignages faisant état de victimes coincées sous les décombres de bureaux, d'hôtels et de boutiques se multiplient.

Selon le secrétaire d'État français à la Coopération, Alain Joyandet, quelque 200 personnes sont portées disparues sous les décombres d'un grand hôtel de la capitale.

Pour sa part, Médecins sans frontières (MSF) dit que des membres de son équipe ont été blessés. L'organisation ajoute que de nombreux blessés affluent vers les hôpitaux de l'organisation dans la capitale. Toutefois, les structures médicales de l'organisation ont subi d'importants dégâts et elle a dû déménager plusieurs blessés.

Aucun bilan officiel

Les autorités n'ont encore dressé aucun bilan des victimes potentielles, même provisoire. De nombreuses sources ont cependant fait état de nombreux cadavres dans les rues. L'organisation non gouvernementale Catholic Relief Service a de son côté évoqué des milliers de morts.

Le président René Préval serait sain et sauf, selon l'ambassadeur haïtien aux États-Unis, Raymond Alcide Joseph, cité par le réseau CNN. Se basant sur la base de témoignages d'officiels sur place, l'ambassadeur a parlé d'une « catastrophe de proportions majeures ».

À Port-a-Prince, le palais présidentiel et d'autres édifices publics se sont littéralement effondrés. En outre, un employé des Nations unies sur place a indiqué que le siège social de la mission de stabilisation en Haïti (MINUSTAH) et plusieurs autres de ses bâtiments avaient en partie été détruits. Des employés manquent à l'appel.

Les médias officiels chinois rapportent que huit casques bleus chinois ont été tués dans le séisme et dix sont portés disparus.

Trois casques bleus jordaniens de la MINUSTAH ont aussi été tués et 21 autres blessés, a annoncé une source militaire jordanienne à Amman.

Haïti coupée du monde

L'hôtel Montana, l'un des établissements touristiques les plus réputés du pays, a lui aussi été détruit. Un officiel gouvernemental américain en visite a par ailleurs dit avoir vu des maisons glisser dans un ravin. Un hôpital s'est également écroulé à Pétionville, une banlieue proche de la capitale.

Les lignes téléphoniques terrestres et mobiles ont été coupées, tout comme l'électricité et Internet. L'aéroport de Port-au-Prince a été fermé.

Un nuage de poussière a enveloppé la capitale pendant une vingtaine de minutes, a indiqué un contracteur employé par l'Agence américaine de développement international au réseau CNN.

L'alerte au tsunami est levée

Séisme à Port-au-PrinceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le séisme a été très destructeur à Port-au-Prince.

Photo : Twitter

Le tremblement de terre a été ressenti de l'autre côté de la frontière, en République dominicaine, qui partage l'île d'Hispaniola avec Haïti, de même que dans l'île voisine de Cuba.

Un tsunami d'intensité légère a été rapporté. Le Centre de surveillance de tsunamis du Pacifique a par la suite levé l'alerte émise plus tôt pour la région.

Selon un porte-parole de l'Institut géologique américain, il s'agit du séisme le plus important jamais enregistré dans la région. Le dernier fort tremblement de terre en Haïti remonte à 1984. Il avait une magnitude de 6,7.

Haïti est le pays le plus pauvre du continent américain. Près de 80 % de la population vit sous le seuil de la pauvreté.

Un pays durement touché par les catastrophes

Selon une étude de la Banque mondiale publiée en 2006, Haïti est l'un des pays les plus vulnérables aux catastrophes naturelles. « Son extrême vulnérabilité face à ces événements résulte de niveaux de pauvreté élevés, d'une infrastructure inadaptée, d'un environnement dégradé et d'une série de gouvernements inefficaces confrontés à de graves problèmes fiscaux », peut-on lire sur le site de l'organisation.

1994: L'ouragan Gordon fait un millier de victimes en Haïti.

1998: Le passage de l'ouragan George tue plus de 200 Haïtiens.

2004: Accompagné d'inondations et de coulées de boue, l'ouragan Jeanne balaie une partie du pays, principalement dans les Gonaïves, dans le nord. Bilan: plus de 3000 morts. Les sinistrés sont 100 fois plus nombreux.

2008: En quelques semaines, les tempêtes tropicales Fay, Gustav, Hanna et Ike frappent le pays, faisant plus de 300 morts et des centaines de milliers de sans-abri. La situation est particulièrement dramatique dans les Gonaïves.

Mesurer un séisme

Pour rejoindre la Croix-Rouge canadienne:

1-800-418-1111

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press