•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La victoire de la poire sur la pomme

Femmes en jeans de dos

Chez la femme, le gras se loge habituellement aux hanches tandis qu'il se loge à la taille chez l'homme.

Photo : iStock

Radio-Canada

Une étude britannique soutient qu'un excès de poids aux hanches est bénéfique, tout le contraire du gras emmagasiné dans la région ventrale.

Avoir un excès de poids sur les hanches, le fessier et les cuisses serait bénéfique parce qu'il confère une protection contre les maladies cardiovasculaires et le diabète, selon une étude britannique publiée mardi.

En revanche, un ventre rebondi est mauvais parce que la graisse autour de la taille a tendance à libérer dans le corps des acides nocifs ainsi que des molécules appelées cytokines qui déclenchent des inflammations, affirme le Dr Konstantinos Manolopoulos, coauteur de l'étude.

Ces inflammations accroissent les risques de diabète et de maladies cardiovasculaires, selon les chercheurs de l'Université d'Oxford.

L'idée selon laquelle la répartition de la graisse est importante pour la santé est connue depuis un certain temps. Cependant, ce n'est que très récemment qu'on a pu montrer que de la graisse sur les cuisses et des hanches plus larges sont bénéfiques pour la santé.

Une citation de Dr Konstantinos Manolopoulos

Une graisse moins mobile

L'avantage des personnes qui sont en forme de poire, c'est-à-dire que leur excès de poids se trouve autour des hanches, par rapport aux personnes en forme de pomme, c'est-à-dire que leur excès de poids se trouve autour de la taille, réside dans la faible mobilité de leur masse graisseuse.

De plus, le gras des hanches libère de l'adiponectine, une hormone qui protège les artères et facilite le contrôle des glucides et le brûlement des graisses.

Les chercheurs estiment qu'il pourrait être bénéfique d'augmenter délibérément la quantité de gras situé aux hanches, notamment en déplaçant le gras du reste du corps vers cette région.

Un postérieur généreux et un ventre plat seraient l'idéal. « Malheureusement, l'un ne va généralement pas sans l'autre », a reconnu le Dr Manolopoulos.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue britannique International Journal of Obesity.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.