•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « corridor venteux et bruyant »

Dans son mémoire, Projet Montréal estime que le plan de réaménagement de l'autoroute Bonaventure présenté par la Société du Havre de Montréal est désastreux sur les plans social et environnemental.

L'Office de consultation publique de Montréal procède mardi et mercredi à l'audition des mémoires portant sur le réaménagement de l'autoroute Bonaventure. Projet Montréal, parti d'opposition à l'Hôtel de Ville de Montréal, entend bien y faire valoir son point de vue.

L'administration du maire Gérald Tremblay et la Société du Havre de Montréal avaient rendu public, le 19 juin 2009, leur projet de réaménagement pour cette autoroute.

Les élus de Projet Montréal des arrondissements Ville-Marie et du Sud-Ouest, tous deux touchés par le réaménagement de l'autoroute Bonaventure, présenteront le mémoire du parti mercredi. Il s'agit de Sophie Thiébaut, conseillère d'arrondissement dans le Sud-Ouest, et de Pierre Mainville, conseiller de ville dans Ville-Marie.

« Un corridor venteux, bruyant et pollué »

Les élus de Projet Montréal qualifient de « corridor venteux, bruyant et pollué » le projet mis de l'avant par Société du Havre de Montréal (SHM) à la demande de l'administration municipale.

L'autoroute Bonaventure constitue en quelque sorte une entrée sur le centre-ville de Montréal. Projet Montréal dénonce notamment le fait que l'aménagement envisagé coûterait plus d'un milliard de dollars aux Montréalais.

En plus d'être désastreux sur les plans social et environnemental, l'actuel projet de réaménagement de l'autoroute Bonaventure de la Société du Havre de Montréal n'a aucune chance d'atteindre la rentabilité économique promise.

Extrait du mémoire de Projet Montréal

Projet Montréal propose plutôt un concept en trois volets:

  • démolir l'autoroute Bonaventure, et non l'abaisser au sol;
  • aménager un corridor de tramway reliant le bassin Peel au boulevard Taschereau via le pont Victoria;
  • renoncer à l'approche de la Ville de Montréal au profit d'un aménagement urbain dans les quartiers Faubourg-aux-Récollets et Griffintown.

Les autobus sur la rue Dalhousie

Les élus de Projet Montréal en ont particulièrement contre le plan prévu pour la petite rue Dalhousie. Ils ne sont pas les seuls: des centaines de propriétaires de condominiums s'opposent au fait que le réaménagement de l'autoroute Bonaventure entraîne une augmentation considérable du nombre d'autobus qui passent sur cette rue.

Qui souhaiterait habiter au centre d'une autoroute ou à proximité du corridor Dalhousie où la SHM prévoit faire passer 1300 autobus chaque jour?

Sophie Thiébaut, conseillère d'arrondissement dans le Sud-Ouest

Le 7 janvier dernier, le Conseil de l'arrondissement du Sud-Ouest a adopté un mémoire dans lequel il faisait part de sa vive opposition au projet de la Société du Havre de Montréal.

Rappelons qu'au début du mois de décembre, l'Office de consultation de Montréal avait entamé un processus de consultation sur l'avenir de l'autoroute Bonaventure et le secteur l'environnant. Les quatre séances de consultation avaient attiré 700 participants.

La responsabilité de redonner une seconde vie à l'autoroute Bonaventure relève de deux instances: la Ville de Montréal, responsable du tronçon entre le canal Lachine et la rue Notre-Dame, et Pont Jacques-Cartier et Pont Champlain Inc., responsables du tronçon reliant l'échangeur Wellington et le canal Lachine.