•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Efficacité douteuse du nouveau vaccin

Vaccin contre la grippe saisonnière
Vaccin contre la grippe saisonnière
Radio-Canada

Au moment où débute au Québec la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, les premiers cas détectés indiquent que l'Organisation mondiale de la santé pourrait avoir choisi le mauvais vaccin.

Alors que débute la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière au Québec, les analyses en laboratoire sèment le doute.

Selon un document du ministère de la Santé du Québec, « la souche de grippe saisonnière A/Perth H3N2 présente au Québec n'est pas incluse dans la composition vaccinale contre l'influenza saisonnière » cette année. Mais la Santé publique continue de promouvoir la vaccination.

Selon le médecin-conseil de la Direction de la santé publique, Dre Louise Valiquette, « on peut s'attendre à ce que la protection ne soit pas optimale, mais il y a toujours un niveau de protection conféré par le vaccin, même si la souche a varié dans le temps ».

En février 2009, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait prédit que trois autres souches seraient prévalentes cette année.

Au Québec, les laboratoires n'ont détecté que 44 cas de grippe A Perth (H3N2). D'autres souches pourraient faire leur apparition.

La saison de la grippe saisonnière n'a pas encore débuté. Elle pourrait d'ailleurs ne pas se produire, le virus de la grippe A (H1N1) ayant pris le dessus sur toutes les autres souches. La semaine dernière au Canada, près de 98 % des échantillons positifs étaient de ce virus.

Au Québec depuis le 30 août dernier, sur 35 563 tests, 11 309 ont révélé la présence du virus de la grippe A, seulement 48 d'autres souches. Cela représente moins de 0,5 % des cas d'influenza identifiés au Québec.

La Dre Louise Valiquette confirme qu'en cas de pandémie, il peut arriver que le virus ait tendance à remplacer le virus saisonnier.

La campagne qui s'amorce cible les personnes de plus de 60 ans, les enfants de 6 à 23 mois et les gens atteints de maladies chroniques. C'est quand elle aura pris fin que l'efficacité du vaccin sera évaluée.

Cette campagne coûte une dizaine de millions au trésor québécois.

Aucun thème sélectionné