•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs étrangers évacués

Des travailleurs étrangers évacuent Rosarno en autobus.

Des travailleurs étrangers évacuent Rosarno en autobus.

Photo : AFP / Carlo Herman

Radio-Canada

Plus de 900 migrants africains ont fui la localité calabraise de Rosarno à la suite d'affrontements avec la population locale. Les heurts avaient été déclenchés par une attaque à la carabine, jeudi, contre deux migrants.

En Italie, c'est par centaines que les migrants africains évacuent la localité de Rosarno, qui a été le théâtre de violents affrontements qui ont fait des dizaines de blessés.

Selon les forces policières, quelque 910 travailleurs étrangers ont déjà été évacués de Rosarno vers Crotone et Bari, deux autres villes du sud de l'Italie. Elles ajoutent que plus de 200 autres travailleurs migrants seront transférés vers des endroits plus sécuritaires au cours des prochaines heures.

Pendant ce temps, le calme revient dans la localité calabraise. La population a ainsi levé les barricades qu'elle avait érigées. L'occupation de la mairie par des habitants a aussi pris fin et les magasins ont rouvert leurs portes dans la matinée.

La tension est vive à Rosarno depuis jeudi, alors que des migrants africains ont protesté contre des agressions violentes dont certains d'entre eux ont été victimes de la part de Calabrais.

Les manifestants ont incendié des voitures et brisé des vitrines à coups de bâton. Ensuite, de violents affrontements avec les policiers ont eu lieu. Vendredi, une véritable « chasse à l'homme » a été lancée contre les migrants par la population locale, au cours de laquelle plusieurs étrangers ont été blessés.

Les affrontements ont fait au moins 67 blessés, selon un dernier bilan, soit 31 étrangers, 19 policiers et 17 résidents locaux.

Samedi, une manifestation de soutien aux immigrés s'est tenue à Rome, près du siège du ministère de l'Intérieur, donnant lieu à des heurts avec les policiers. Au cours de cette manifestation, les immigrés présents ont demandé la démission du ministre de l'Intérieur Roberto Maroni, issu de la Ligue du Nord, une formation ouvertement xénophobe.

Selon la presse italienne, au moins 4000 migrants sont employés, en général illégalement, chaque année à Rosarno pendant deux mois pour cueillir des fruits.

La mafia a été montrée du doigt dans cette affaire. « La mafia qui contrôle le territoire exploite les immigrés avec cynisme et une détermination impitoyable. Les cerveaux criminels savent que les immigrés clandestins ne peuvent même pas tenter de se rebeller, car ils sont privés de documents d'identité et donc de la protection de l'État », a affirmé à La Stampa, don Luigi Ciotti, un prêtre ayant fondé l'association antimafia Libera.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !