•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fatwa contre les terroristes

L'imam Syed Soharwardy de Calgary, fondateur du Conseil islamique suprême du Canada

L'imam Syed Soharwardy, de Calgary, fondateur du Conseil islamique suprême du Canada

Photo : Larry MacDougal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près d'une vingtaine d'imams du Conseil suprême islamique du Canada émettent un décret religieux condamnant tout extrémiste ou terroriste qui voudrait s'en prendre aux États-Unis ou au Canada.

Près d'une vingtaine d'imams canadiens se portent à la défense du territoire nord-américain. Vendredi, ils ont émis une fatwa, un décret religieux, condamnant tout extrémiste ou terroriste qui voudrait s'en prendre aux États-Unis ou au Canada.

Selon nous, ces attaques sont malveillantes, et l'islam exige des musulmans de s'y opposer.

Une citation de :Extrait de la fatwa

« Personne ne nous empêche de prêcher et de pratiquer l'islam, poursuit le décret religieux. Dans plusieurs cas, la liberté de pratique religieuse des musulmans du Canada et des États-Unis est plus grande que celle de nombreux pays musulmans. » Il n'y a pas de conflit, soutiennent les imams, entre les valeurs musulmanes et celles de liberté et de justice qui prévalent dans ces deux pays.

Toute attaque commise au Canada et aux États-Unis constitue une attaque à l'endroit de la liberté des musulmans canadiens et américains.

Une citation de :Extrait de la fatwa

Le décret conclut que les musulmans nord-américains devraient dénoncer toute personne qui planifie de faire du mal à des concitoyens canadiens ou américains.

Les signataires sont des membres du Conseil suprême islamique du Canada originaires de Calgary, Montréal, Toronto, Mississauga et Vancouver, ainsi qu'un imam de la ville américaine de Houston.

« Nous faisons partie de cette société », a expliqué l'un des signataires de la fatwa, l'imam de Calgary Syed Soharwardy, lors d'une entrevue accordée à CBC. « C'est chez moi ici, et si quelqu'un s'en prend au Canada, c'est en fait à ma maison qu'il s'en prend », a ajouté le fondateur du Conseil islamique suprême du Canada.

Un autre signataire, l'imam montréalais Anwar Musallah a indiqué qu'il avait parlé de la fatwa à ceux qui fréquentent la mosquée où il prêche. Selon lui, la grande majorité d'entre eux se sentent personnellement menacés par ces attaques.

Des musulmans dénoncent le terrorisme islamique devant le tribunal fédéral de Détroit où est jugé Umar Farouk Abdulmutallab.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : La Presse canadienne / Carlos Osorio

La fatwa suit l'attentat avorté commis à Noël dans un avion faisant la liaison Détroit-Amsterdam, pour lequel le Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab est soupçonné. Il doit répondre à six chefs d'inculpation, dont ceux de tentative de faire exploser une avion, tentative de meurtre sur 289 personnes et tentative d'utilisation d'une arme de destruction massive. Il risque la prison à vie.

Les audiences ont débuté vendredi à Détroit. À l'extérieur du tribunal, des manifestants musulmans ont condamné son geste et se sont dissociés de son interprétation de l'islam.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !