•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sourires et verres de vin!

Radio-Canada

Bonjour à tous,

D'abord, j'en profite pour vous souhaiter une excellente année 2010.

Mon petit congé de trois jours au jour de l'An a été extrêmement bénéfique, tant sur le plan physique que mental. J'ai pu voir ma famille et surtout ma grand-mère que je ne vois jamais mais que j'adore. Ce n'est pas loin Saint-Jérôme, mais quand tu as seulement qu'un jour de congé par semaine, c'est difficile de tout faire.

Tania Vicent

Tania Vicent

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Je n'ai même rien écrit dans mon cahier d'entraînement. Généralement, je rédige l'horaire de ma journée, mes objectifs. Le soir, j'inscris si j'ai atteint mes objectifs ou non, si je suis satisfaite ou non de ma journée. Je note également mon pouls deux fois par jour, j'évalue la qualité de mon sommeil, j'écris si j'ai des courbatures ou non. Bref, je sais ce que je fais quand ça fonctionne bien. C'est plus facile de se retrouver.

Sauf que les 1er, 2 et 3 janvier, je me suis contentée de barbouiller des sourires et des verres de vin! N'allez pas croire que j'ai fait la fête même si je me suis permis quelques petits excès, ce qui est rare dans mon cas. J'ai abusé un peu du sucre et du fromage, en plus de m'offrir 3-4 verres de vin. Ce qui est quatre de plus que ce que je consomme en deux mois!

De toute façon, maintenant, je prends un verre de vin et la tête me tourne. Dire qu'à 18 ans, je pouvais virer une brosse et être en super forme à l'entraînement le lendemain. Ça m'effraie un peu. De quoi vais-je avoir l'air à 40 ans!

Surtout que ce n'est pas très loin. Le 13, je célèbre mon 34e anniversaire. Nous avons fêté l'événement chez mon frère vendredi soir puisque samedi j'étais en congé. J'ai abusé davantage du spa que du vin... un verre seulement!

Intensité et en spécificité

J'ai repris l'entraînement le 4. Une semaine moins intense avec moins de volume que nous qualifions de semaine de repos. Pourtant, tous les athlètes s'entendent pour dire que c'est la plus difficile parce que mentalement, on se dit que ça va être facile.

Alors, c'est le signal que notre cerveau envoie à notre corps. Même si les entraînements sont moins intenses, il faut que tu te forces quand tu ressens encore la fatigue des semaines précédentes.

À compter de dimanche, on recommence un cycle de trois semaines. Cette fois tout en intensité et en spécificité. Les entraînements vont vraiment être propres aux distances que l'on patinera aux Jeux olympiques. Nous ferons donc moins de répétitions, mais à plus haut régime.

Marianne St-Gelais et Tania Vicent

Marianne St-Gelais devant Tania Vicent

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Et pour nous aider à optimiser nos performances, les gars de l'équipe nationale qui ne vont pas aux JO et ceux de l'équipe de développement vont nous tirer des tours... et il va falloir suivre leur tempo!

Ce sera la même chose pour le relais. Les gars et les filles de l'équipe de développement vont former des équipes mixtes pour que l'équipe féminine olympique puisse faire des simulations de course.

Afin que l'on retrouve nos repères en course, le week-end du 16 janvier, le comité haute performance organise une petite compétition amicale à laquelle participeront tous les membres de l'équipe nationale, tant ceux de Montréal que de Calgary, des Européens qui s'entraînent déjà à Calgary en vue des Jeux, ainsi que 5 Sud-Coréens (2 filles et 3 gars) qui ne sont pas qualifiés pour Vancouver.

Une petite compétition amicale qui prendra tout son sens pour moi. Parce que s'il y en a qui veulent forcer la note, je vais leur ouvrir toute grande la porte pour qu'ils passent. Pas question de risquer de me blesser à quelques semaines du grand rendez-vous!

À bientôt.