•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie informatique manque de main-d'oeuvre

Ordinateur

(archives)

Radio-Canada

L'industrie informatique de Québec a un criant besoin de main-d'oeuvre. En plus de développer des stratégies de recrutement imaginatives, les entreprises doivent souvent embaucher des étrangers.

L'industrie informatique connaît une croissance exceptionnelle à Québec, de sorte que les entreprises de ce secteur ont un criant besoin de main-d'oeuvre.

La plupart des compagnies sont en expansion et n'arrivent pas à pourvoir leurs postes. Pour maintenir leur croissance, elles doivent développer des stratégies de recrutement agressives et imaginatives.

« Depuis la fin de l'été, on a embauché environ une cinquantaine d'employés et on est encore à la recherche, d'ici le printemps prochain, d'une cinquantaine d'employés », explique Annie Belisle, directrice des ressources humaines chez la firme de consultants DMR.

L'entreprise Korem, qui développe des logiciels de solutions géospatiales, éprouve également des problèmes de recrutement. Elle compte une cinquantaine d'employés et son président, Sébastien Vachon, soutient que la direction aimerait en embaucher 23 de plus, mais que ce n'est pas chose facile. « Ceux du niveau qu'on cherche travaillent déjà pour un employeur et chacun des employeurs garde jalousement chacun de ces bons éléments-là. »

Le succès des compagnies informatiques s'explique en partie par la présence des fonctionnaires. Même en période de récession, le gouvernement continue d'octroyer beaucoup de contrats. « On se sent comme dans une bulle. On a été très peu touchés par cette récession-là. C'est plus criant, ici à Québec, le manque de main-d'oeuvre que partout ailleurs », affirme Mme Belisle.

Se tourner vers les autres pays

Pour maintenir leur croissance, les entreprises courtisent les diplômés de partout au Québec. Plusieurs employeurs doivent aussi se tourner vers l'étranger pour trouver des employés qualifiés. « Les quatre dernières embauches ont été une personne de la Russie, une personne du Mexique et une de l'Afrique du Nord », note Sébastien Vachon.

Les emplois stables ont permis à la ville de Québec de mieux surmonter la récession. Le maire de Québec, Régis Labeaume, souhaite d'ailleurs que les technologies prennent de plus en plus de place dans l'économie de Québec. Pour y arriver, disent les représentants du secteur informatique, il faudra d'abord trouver des solutions aux pénuries de main-d'oeuvre qualifiée.