•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'enquête conclut à une bavure

Des centaines d'étudiants sont descendus dans les rues mercredi pour protester contre « l'occupation » des forces étrangères.

Des centaines d'étudiants sont descendus dans les rues mercredi pour protester contre « l'occupation » des forces étrangères.

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Rahmat Gul

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'enquête commandée par Kaboul sur la mort de dix civils le week-end dernier conclut que l'OTAN est responsable de l'attaque mortelle. Huit des victimes sont des écoliers de 13 à 18 ans, selon le rapport.

L'enquête commandée par Kaboul sur la mort de dix civils dans la province de Kunar le week-end dernier conclut que les forces étrangères ont commis une bavure.

Selon le chef de la délégation présidentielle responsable de l'enquête, Asadullah Wafa, huit écoliers de 13 à 18 ans figurent parmi les victimes.

Il raconte, dans un communiqué, qu'une unité des forces internationales est arrivée par avion dans le district de Narang, à Kunar, près de la frontière pakistanaise. Les militaires de l'OTAN ont fait sortir dix personnes de trois maisons, dont huit écoliers et des membres de la famille, et les ont abattus, selon le rapport.

L'équipe d'enquêteurs a passé plusieurs jours dans la communauté touchée à interviewer des responsables, dont le directeur de l'école des jeunes hommes, et des proches des victimes. Pour eux, il n'y a aucun doute que les jeunes hommes tués sont des innocents.

Après l'attaque, l'OTAN avait démenti son implication et affirmé qu'elle n'opérait pas dans la région. Les forces internationales basées dans la province de Kunar ont d'ailleurs affirmé aux enquêteurs « ne pas être au courant de l'incident ».

Un responsable de l'organisation a toutefois affirmé mercredi à l'Associated Press que les informations obtenues par les militaires indiquaient que les victimes étaient de jeunes insurgés.

« Nous voulons trouver et punir les personnes qui ont donné la fausse information qu'il y avait là des militants », a soutenu M. Wafa en point de presse.

Protestations

Ce qui a été présenté comme une bévue de l'OTAN par le président Hamid Karzaï a provoqué ces derniers jours un émoi croissant dans le pays.

Des centaines d'étudiants ont manifesté mercredi à Jalalabad, grande ville de l'est de l'Afghanistan, brûlant notamment un drapeau américain et une effigie du président Barack Obama. Ils ont bloqué des rues de la ville et défilé aux cris de « Mort à Obama » et « Mort aux forces étrangères », rapporte un correspondant de l'AFP.

« Le gouvernement doit empêcher ces opérations unilatérales, ou bien nous prendrons des armes plutôt que nos stylos et nous les combattrons », ont menacé les étudiants dans un communiqué.

Les Afghans s'inquiètent de l'envoi de 30 000 soldats américains supplémentaires, annoncé par Barack Obama plus tôt ce mois-ci. Selon eux, cela pourrait entraîner davantage d'attaques et de pertes civiles.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !