•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un militant chrétien américain est arrêté

Un soldat nord-coréen

Un soldat nord-coréen

Photo : AFP / Philippe Lopez

Radio-Canada

Robert Park, un Américain d'origine coréenne de 28 ans, est arrêté pour être entré illégalement en Corée du Nord. Il voulait porter un message à Kim Jong-il visant à promouvoir le respect des droits de l'homme.

Un ressortissant américain a été arrêté pour être entré illégalement en Corée du Nord, a indiqué mardi l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Il s'agit vraisemblablement d'un militant chrétien dont les proches ont annoncé l'arrestation, dimanche.

« Un Américain a été arrêté après être entré illégalement en RPDC (République populaire démocratique de Corée), via la frontière avec la Chine le 24 décembre », rapporte l'agence KCNA dans une brève dépêche. « Il fait désormais l'objet d'une enquête par une autorité compétente », ajoute l'agence.

Dimanche, l'association Vie et liberté pour tous les Nord-Coréens: 2009 avait affirmé qu'un de ses membres, Robert Park, 28 ans, avait été arrêté après avoir traversé le fleuve Tumen, qui fait office de frontière entre la Chine et la Corée du Nord. Le citoyen américain d'origine coréenne aurait alors crié « Je suis venu ici proclamer l'amour de Dieu », ont indiqué à l'AFP des membres de son association qui disent avoir filmé son action.

M. Park veut promouvoir le respect des droits de l'homme en Corée du Nord. Ce résident de Tucson, en Arizona, voulait demander au président nord-coréen Kim Jong-il de libérer les prisonniers politiques et de prendre des mesures en vue d'assurer de meilleures conditions de vie à ses citoyens.

Lundi, le département d'État américain s'est dit « préoccupé » par les informations sur son arrestation et a indiqué chercher à en confirmer la véracité.

En mars 2009, deux journalistes américaines avaient été arrêtées en Corée du Nord, après avoir franchi la frontière depuis la Chine. Elles effectuaient un reportage sur un trafic d'êtres humains entre les deux pays. Condamnées à 12 ans de travaux forcés, elles ont été libérées en août dernier, dans la foulée d'une mission de l'ex-président américain Bill Clinton à Pyongyang.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters