•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cas Shalit n'est pas encore réglé

Capture d'une vidéo de Gilad Shalit diffusée par le gouvernement israélien le 2 octobre dernier.

Capture d'une vidéo de Gilad Shalit diffusée par le gouvernement israélien le 2 octobre dernier.

Photo : AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après des semaines de négociations, l'échange du soldat israélien Gilad Shalit contre un millier de détenus palestiniens n'a toujours pas abouti. Israël reporte sa réponse de 24 heures.

Les négociations entre Israël et le Hamas sur l'échange du soldat israélien contre un millier de détenus palestiniens se poursuivront encore.

Le gouvernement israélien a décidé mardi de repousser de 24 heures sa réponse, mais a décidé de poursuivre les discussions.

En réaction, le Hamas a accusé Israël d'« entraver » un accord entre les deux parties.

Selon les médias israéliens, le gouvernement de Benyamin Nétanyahou a accepté le principe de l'échange de centaines de détenus palestiniens contre Gilad Shalit, mais il reste opposé au retour en Cisjordanie de prisonniers condamnés pour des attentats meurtriers.

Le gouvernement israélien préfère voir les responsables d'attentats meurtriers à Gaza ou à l'étranger, mais pas en Cisjordanie, comme le souhaite le Hamas. Cependant, le Hamas a accepté que certains détenus soient exilés, mais exige qu'ils puissent choisir leur destination.

L'autre point sensible de ces négociations est la libération réclamée par le Hamas de 20 hauts responsables palestiniens, dont le dirigeant du Fatah Marwan Barghouti, condamné à la prison à vie. On ignore si Israël s'oppose toujours à ces libérations.

Selon des sources israéliennes et palestiniennes, le projet d'accord prévoit que, dans un premier temps, Israël relâche 450 prisonniers palestiniens, y compris des activistes impliqués dans des attentats en échange de Gilad Shalit. Dans un deuxième temps, 500 autres détenus palestiniens seront libérés.

Des parents de victimes d'attentats palestiniens, hostiles à l'échange, ont exhorté M. Nétanyahou à refuser « ce processus de capitulation face au terrorisme qui conduira à une grave atteinte à la sécurité d'Israël ».

Le sergent Gilad Shalit, 23 ans, qui a également la nationalité française, a été capturé le 25 juin 2006 à la lisière de la bande de Gaza par un commando palestinien. Il est détenu depuis par le Hamas.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !