•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frère André sur la voie de la sainteté

Le frère André

Le frère André

Radio-Canada

Le pape Benoît XVI reconnaît une guérison miraculeuse due à l'intercession du frère André, qui pourrait ainsi devenir le premier saint québécois de l'histoire.

Une nouvelle étape a été franchie vers la canonisation du frère André. Samedi, le pape Benoît XVI a reconnu une guérison miraculeuse due à l'intercession de ce religieux québécois.

Lors d'une audience avec le préfet de la Congrégation pour la cause des saints, Mgr Angelo Amato, le souverain pontife a en effet autorisé la Congrégation à promulguer le décret concernant un miracle attribué au frère André.

Avec cet aval du pape, le fondateur de l'oratoire Saint-Joseph est donc en voie de devenir le premier saint québécois.

Il y a quelques mois, une commission médicale du Vatican a conclu qu'une guérison scientifiquement inexplicable avait bel et bien eu lieu. Par la suite, une commission théologique s'est penchée sur l'affaire pour démontrer que ce miracle pouvait être véritablement attribué à l'intercession du frère André. La commission a statué que c'est bel et bien lui qui est en cause.

« La voie à la canonisation de frère André est maintenant ouverte! Le moment semble enfin venu. Aujourd'hui, une des plus belles pages de notre histoire collective s'écrit », a déclaré le vice-postulateur de la cause de canonisation de frère André, le père Mario Lachapelle.

« Frère André figure en bonne place parmi les bâtisseurs de notre Église diocésaine », a pour sa part souligné le cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal.

Alfred Bessette, le nom de naissance du frère André, est né le 9 août 1845 à Saint-Grégoire d'Iberville et est décédé le 6 janvier 1937, à Ville Saint-Laurent.

À son décès, un million de personnes ont défilé pour lui rendre un ultime hommage.

Au fil des ans, 10 millions de personnes ont signé des pétitions pour sa canonisation. Depuis 1941, on a multiplié les démarches pour qu'il soit reconnu comme un saint homme. En 1978, Paul VI l'a déclaré vénérable, et en 1982 Jean-Paul II l'a béatifié.