•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire fondre le camembert!

Radio-Canada

Bonjour à tous,

Notre cycle intense d'entraînement se poursuit, mais la semaine dernière, nous avons appris une excellente nouvelle.

Au lieu d'avoir seulement le 25 décembre et le 1er janvier de congé, de toute façon l'aréna est fermé, Sébastien (Cros, notre entraîneur) nous a donné trois jours de congé au jour de l'An.

N'allez pas croire que c'est de la générosité! Sébastien a seulement modifié son horaire. Donc, au lieu d'avoir une journée de congé le week-end comme à l'habitude, on va passer notre tour les 26 et 27 et on va patiner!

Alors, ce sera un petit Noël tranquille. Pas de folie. Un petit souper dans la famille le 24 et c'est tout.

D'ailleurs, les filles de l'équipe olympique et de l'équipe de développement, on veut s'organiser un souper de Noël. Peut-être pas le 25, mais au moins on va toutes boire du Perrier et aller se coucher à 21 h 30!

Avec le temps, c'est la partie que je trouve la plus difficile de ma vie d'athlète, de toujours être obligée de faire attention, de me coucher tôt. Je ne me plains pas, c'est mon choix de vie. Je ne fais pas de sacrifice, mais c'est pour les autres que ce n'est pas toujours évident.

Tania Vicent

Tania Vicent

Photo : La Presse canadienne / CP PHOTO/Andrew Vaughan

Mon copain sort souvent en célibataire. Ma famille et mes amis doivent s'adapter à mon horaire pour organiser des fêtes. Par exemple, samedi dernier, on célébrait l'anniversaire de mon frère qui était plus tôt en décembre. Mais, ô surprise, en raison des modifications d'horaire, j'avais un entraînement dimanche. Donc, je suis rentrée à 21 h!

Au moins, je vais pouvoir en profiter un peu au jour de l'An. D'abord pour visiter ma famille qui, heureusement, habite dans la grande région de Montréal. Et puis aussi pour manger un peu de fromage et boire un peu de vin. Donnez-moi du fromage et du vin et je suis une femme heureuse.

Mais à deux mois des Jeux olympiques, je ne veux pas faire d'abus. Je veux être à mon poids de compétition à Vancouver.

À 19 ans, je pouvais manger et perdre le poids facilement, depuis quelques années, c'est plus difficile! Ce sera le retour sur la glace le 4 janvier pour faire fondre le camembert!

Dans le noir!

Par ailleurs, nous avons évité le pire mardi dernier (15). L'aréna a été paralysé par la panne qui a touché une bonne partie de la région montréalaise... juste au moment où nous étions dans un tour de récupération de 30 secondes.

On s'était donc relevées et on patinait lentement. Ça a duré juste une dizaine de secondes, le temps que les lumières d'urgence de l'aréna s'allument, mais juste assez longtemps pour nous faire une petite frayeur.

S'il avait fallu qu'on patine à plein régime, les conséquences auraient pu être plus sérieuses. Finalement, la seule conséquence aura été des plus farfelues... Marianne s'est jetée dans les tapis de protection autour de la glace!

Joyeuses fêtes à tous!