•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente pour un barrage

Tobique
Les installations hydroélectriques d'Énergie NB dans la réserve de Tobique.
Radio-Canada

Un pas est franchi au Nouveau-Brunswick vers un règlement entre le gouvernement et la réserve de Tobique au sujet du barrage hydroélectrique qui se trouve sur les terres des Malécites.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick conclut une entente de principe avec les Malécites de la réserve de Tobique, dans le nord-ouest de la province. Il s'agit d'un premier pas vers la résolution du différend qui existe depuis longtemps à propos du barrage hydroélectrique d'Énergie NB qui se trouve dans la réserve.

Cette entente de principe réjouit les deux parties. Le chef de la réserve, Stewart Paul, se dit reconnaissant envers le gouvernement. Rick Brewer, ministre des Ressources humaines du Nouveau-Brunswick, qualifie l'entente d'historique.

Le barrage hydroélectrique d'Énergie NB sur la rivière Tobique a été construit dans les années 50 sur des terres qui appartiennent aux Autochtones. Les Malécites réclament depuis longtemps qu'Énergie NB règle le problème d'érosion des berges et nettoie les environs du barrage.

Au cours des cinq prochaines années, la province va dépenser 2,5 millions de dollars justement pour régler ces problèmes.

Des travailleurs malécites seront formés et embauchés pour effectuer les travaux nécessaires. Cela contribuera à la stabilité financière de la communauté, dit le ministre Brewer.

Les négociations pour arriver à cette entente n'ont pas été faciles. L'année dernière, les Malécites ont pris contrôle du barrage pour pousser le gouvernement à agir. En juin dernier, le ton a monté d'un cran lorsque les Malécites ont saisi un camion d'Énergie NB parce qu'un employé a omis de s'arrêter à un poste de contrôle.

Selon le chef Stewart Paul, l'entente de principe est une bonne première étape. Il affirme qu'elle est le début d'un processus de solution.

Un comité d'action sera aussi formé pour étudier la possibilité de construire une centrale de cinq mégawatts d'électricité pour les résidents de la réserve.