•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

632 millions de pertes

Scierie
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les 15 principales entreprises canadiennes du secteur creusent leur perte au troisième trimestre 2009, selon une étude de PricewaterhouseCoopers.

Les 15 principales entreprises forestières et papetières canadiennes ont perdu 632 millions de dollars au troisième trimestre 2009, selon une étude du cabinet comptable PricewaterhouseCoopers. À la même période l'an dernier, elles avaient encaissé un recul de 552 millions.

Les neuf principales entreprises de l'Ouest du Canada voient leurs pertes se chiffrer à 210 millions, tandis que leurs six homologues de l'Est ont perdu 422 millions.

Il s'agit d'une légère amélioration pour les entreprises de l'Ouest canadien, puisqu'elles avaient connu une perte de 230 millions l'an dernier. « Quatre d'entre elles ont réalisé un bénéfice et sept ont vu leurs résultats s'améliorer, cependant l'embellie était principalement attribuable à des variations des résultats hors exploitation », note l'étude.

Les entreprises de l'Est canadien creusent leurs pertes

Du côté Est, la situation se détériore. L'an dernier, les six plus grandes entreprises avaient enregistré une perte de 322 millions, soit 100 millions de moins que cette année.

Domtar et AbitibiBowater, deux poids lourds du secteur, ont connu des mouvements de trésorerie contraires. D'un côté, elles ont bénéficié de crédits d'impôt pour carburants et combustibles de remplacement de 266 millions de dollars américains pour leurs usines de papier kraft aux États-Unis. De l'autre, elles ont dû inscrire des charges pour moins-value et réorganisation de 282 millions de dollars pour AbitibiBowater et de 49 millions de dollars pour Fraser Papers, note PricewaterhouseCoopers.

La situation en Europe et aux États-Unis

  • États-Unis: les 10 principales entreprises ont enregistré des bénéfices de 1,27 milliard au troisième trimestre 2009, par rapport à un bénéfice de 733 millions en 2008. L'étude précise que 8 des 10 entreprises ont déclaré des bénéfices ou des résultats en hausse, « essentiellement grâce à des crédits d'impôt estimés à 1,1 milliard de dollars américains pour l'utilisation de liqueur noire comme biocombustible pour produire de l'énergie ».
  • Europe: les 10 principales entreprises ont subi des pertes globales de 731 millions au troisième trimestre 2009, par rapport à des pertes de 758 millions en 2008. L'étude note que « 8 des 10 sociétés ont enregistré une amélioration de leur rendement financier comparativement à la même période en 2008 grâce à la rigueur dans l'approvisionnement et les dépenses ».

« Une lueur d'espoir »

L'industrie pourrait toutefois connaître des prix plus intéressants en 2010 pour la pâte à papier, ce qui pourrait contribuer à améliorer les résultats financiers, croit le cabinet.

Les résultats financiers du secteur au troisième trimestre sont sombres, s'ajoutant aux difficultés des dernières années. Mais la tendance positive actuelle des prix de la pâte à papier offre une lueur d'espoir; les prix devraient continuer d'évoluer dans le même sens ce qui devrait continuer en 2010.

Craig Campbell, PricewaterhouseCoopers

L'étude ajoute que « même si les volumes sont encore relativement faibles, on constate un certain optimisme dans l'ouest du Canada au sujet de l'exportation de bois d'oeuvre vers la Chine ». Sans compter que « le revers de conjoncture a stimulé l'innovation dans le secteur ».

La Chine et l'Inde, marchés prometteurs

Rappelons que Shanghai, la ville la plus populeuse de Chine, a adopté de nouvelles règles de construction résidentielle pour les charpentes en bois en septembre dernier. Depuis cette annonce, le prix du bois d'oeuvre pour livraison en janvier a gagné 16 %. D'autres villes de l'Empire du Milieu pourraient lui emboîter le pas.

Ottawa tente aussi de développer ses exportations de bois vers l'Inde, notamment avec l'instauration d'un comité de travail conjoint destiné à jeter les bases d'un partenariat économique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !