•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grande manifestation anti-Berlusconi

Une importante manifestation contre le premier ministre italien Silvio Berlusconi a rassemblé des dizaines de milliers de personnes à Rome, le 5 décembre 2009.

Une importante manifestation contre le premier ministre italien Silvio Berlusconi a rassemblé des dizaines de milliers de personnes à Rome, le 5 décembre 2009.

Photo : AFP / Vincenzo Pinto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des dizaines de milliers de personnes se réunissent à Rome pour demander la démission du chef du gouvernement italien tandis que deux importantes figures de la mafia italiennes sont arrêtées.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi dans le centre de Rome, pour réclamer la démission du chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi.

Ils reprochent notamment au président du Conseil italien d'être en position de conflit d'intérêts du fait qu'il cumule les plus hautes responsabilités politiques nationales et possèdent un vaste empire médiatique qui l'a rendu milliardaire et qui nuit à une saine opposition.

L'appel à la manifestation « No B Day », ou « journée sans Berluscuni » a été lancé par un groupe de blogueurs qui attendaient jusqu'à 350 000 participants.

Les slogans portés par les manifestants faisaient surtout référence aux deux procès de Silvio Berlusconi, l'un pour corruption de témoins (affaires Mills) et l'autre pour fraude fiscale (droits télévisés Mediaset).

« Nous demandons la démission de Berlusconi parce que nous ne nous sentons pas représentés par lui », a déclaré à l'AFP Emmanuele de Pascale, 28 ans, l'un des organisateurs de la manifestation.

« C'est une manifestation politique dans le sens grec du terme "polis" parce que nous sommes préoccupés par la chose publique », a-t-il ajouté.

Plusieurs figures de l'opposition ont prévenu qu'elles n'y participeraient pas, afin d'éviter de politiser l'événement.

Des formations d'extrême gauche et des militants du Parti démocrate, principale formation de l'opposition, ont néanmoins appuyé la manifestation.

Les raisons pour manifester étaient diverses. Certains comme le réalisateur Nanni Moretti était là pour dénoncer une hégémonie de Berlusconi sur la télévision italienne, tandis que d'autres s'opposaient au projet de pont suspendu sur le détroit de Messine, et d'autres encore se portaient à la défense des immigrés ou un mouvement qui réclame la vérité sur la mort du juge Paolo Borsellino, en 1992, dans un attentat à la bombe attribué à la mafia, à Palerme.

Violet, couleur de l'indépendance

À la demande des organisateurs, plusieurs manifestants portaient un vêtement violet « seule couleur laissée libre » par les partis politiques traditionnels pour afficher leur indépendance.

Certains portaient un masque à l'effigie de Berlusconi avec le mot « non » imprimé sur le front.

Deux chefs de la mafia sicilienne arrêtés

La mafia sicilienne a subi un nouveau coup dur avec l'arrestation de deux chefs de Cosa Nostra.

Gianni Nicchi et Gaetano Fidanzati, considérés comme les numéros deux et trois de la mafia sicilienne, ont été arrêtés samedi à Palerme et Milan, selon la presse italienne locale.

Le ministre italien de la Justice, Roberto Maroni, l'a décrit comme un « tueur jeune, dangereux, ambitieux et sans pitié ».

Ces interpellations démontrent la détermination du gouvernement contre le crime organisé, a affirmé Silvio Berlusconi, accusé la veille d'avoir des liens avec cette organisation.

« C'est la meilleure réponse à toutes les calomnies proférées par des irresponsables qui, en agissant ainsi, ne font que jeter de la boue » sur le pays, a-t-il dit.

Le Cavaliere a été accusé vendredi de liens avec la Cosa Nostra par le mafieux repenti Gaspare Spatuzza.

Gianni Nicchi, 28 ans, « numéro 2 de Cosa Nostra », selon Berlusconi, est considéré comme le protégé du chef mafieux Nino Rotolo et était recherché depuis trois ans. Il figurait sur la liste des 30 criminels les plus recherchés d'Italie.

Gaetano Fidanzati, 74 ans, est l'un des chefs historiques de la mafia de Palerme.

Cosa Nostra serait dirigée par Mattéo Messina Denaro, 51 ans. Il est recherché depuis 1993.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !