•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Succès des chiens pisteurs

Orignal (archives)
Radio-Canada

Sur 425 orignaux récoltés cet automne, 15 ont été retrouvés grâce aux chiens de sang, surtout lors de la chasse à l'arc et à l'arbalète.

La zone d'exploitation contrôlée (ZEC) du Bas-Saint-Laurent a été la première au Québec à utiliser des chiens pisteurs pour retrouver le gros gibier. La ZEC continuera à offrir ce service en raison du succès remporté.

Sur 425 orignaux récoltés cet automne, 15 ont été retrouvés grâce aux chiens de sang, surtout lors de la chasse à l'arc et à l'arbalète.

À la base de son initiative, la ZEC du Bas-Saint-Laurent voulait démystifier la croyance voulant qu'à la chasse à l'arc et à l'arbalète, il y ait autant d'orignaux blessés et perdus que d'orignaux récoltés.

Ainsi, pendant neuf jours, les conducteurs de chiens pisteurs ont répondu à 39 demandes d'aide, au moment où 975 détenteurs de permis étaient en forêt.

Le directeur de la ZEC du Bas-Saint-Laurent, Jacques Lévesque, souligne que l'intervention d'un petit Teckel à poil dur a permis de retrouver 10 orignaux et de rassurer les chasseurs incertains d'avoir atteint leur cible.

« Ce qui fait qu'on a eu un taux de succès de 25 %. Pour nous, c'est très satisfaisant. On a également la confirmation qu'il ne se blesse pas tant de bêtes qu'on le laissait croire », précise-t-il.

La ZEC a dépensé un peu plus de 3000 $ pour la mise en place de ce service. Chaque chasseur, qui souhaitait avoir l'aide d'un chien pisteur, devait débourser 50 $. L'accessibilité du service était importante, souligne M. Lévesque.

Par ailleurs, l'expérience a aussi permis de constater que la chasse à l'arc et à l'arbalète a un plus grand besoin de chiens pisteurs. Lors de la chasse à l'arme à feu, pour 1344 détenteurs de permis, seulement 20 demandes ont été faites et quatre orignaux ont été retrouvés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !