•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Adieu Gilles Carle

Gilles Carle

Gilles Carle (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Québec annonce que les funérailles nationales du cinéaste Gilles Carle débuteront à 11 h samedi, à la basilique Notre-Dame de Montréal. De plus, Québec a ouvert un registre de condoléances sur son site Internet.

Le gouvernement du Québec a publié de nouveaux détails sur les funérailles nationales du cinéaste Gilles Carle, décédé le week-end dernier.

On savait que la cérémonie aura lieu samedi prochain à la basilique Notre-Dame de Montréal.

Dans un communiqué diffusé mardi soir, on apprend qu'elle débutera à 11 h.

De plus, le gouvernement du Québec a créé un registre (Nouvelle fenêtre) sur son site Internet pour permettre aux Québécois d'exprimer leurs condoléances.

Ce registre sera remis à la famille du défunt.

Gilles Carle sera le septième Québécois à être honoré par des funérailles nationales, un privilège réservé à ceux qui ont marqué l'histoire du Québec.

Des funérailles aux airs de fête

À la demande de sa conjointe, Chloé Sainte-Marie, la cérémonie sera également une fête qui permettra aux Québécois de lui « témoigner leur amour ». « Des gens viendront parler de Gilles Carle, l'homme; de Gilles Carle, le littéraire, le poète; de Gilles Carle, le cinéaste; de Gilles Carle, le Métis », a dit sa muse et sa compagne de 27 ans. Pour sa part, Chloé Sainte-Marie chantera et lira un poème.

Mon désir, c'est que ce soit une fête populaire à la manière des peintures de Bruegel.

Chloé Sainte-Marie

Elle explique l'importance de Gilles Carle dans le paysage national en disant qu'il a donné autant au Québec que René Lévesque. À travers son oeuvre, dit-elle, il a donné une portée universelle à notre identité québécoise.

L'ONF et le FFM lui rendent hommage

L'Office national du film consacre au cinéaste une section spéciale (Nouvelle fenêtre), qui permet aux cinéphiles de visionner en ligne une sélection de ses oeuvres: le long métrage La vie heureuse de Léopold Z (1965) ainsi que les courts métrages L'âge de la machine (1978), Solange dans nos campagnes (1964), Patinoire (1963), Dimanche d'Amérique (1961) et Manger (1961).

La direction du Festival des films du monde de Montréal a par ailleurs annoncé que la 34e édition, en août prochain, sera dédiée à la mémoire du cinéaste. Le festival présentera un film inédit ou un montage de films de Gilles Carle. Le président du Conseil d'administration du FFM, Serge Losique, a rappelé par communiqué, lundi, que le cinéaste avait été membre du Conseil d'administration du FFM durant plus de 25 ans. C'est « le premier cinéaste d'ici qui a popularisé les films québécois à la fois sur le plan national et à l'échelle internationale », a-t-il dit.

Né à Maniwaki en 1928, Gilles Carle est décédé dans la nuit de vendredi à samedi après avoir souffert durant plusieurs années de la maladie de Parkinson.

L'article Gilles Carle s'éteint retrace les grands moments de sa carrière.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !