•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec cible les jeunes conducteurs

Julie Boulet, ministre des Transports du Québec

Julie Boulet, ministre des Transports du Québec

Radio-Canada

Au Québec, la limite d'alcool permise passera à 0,05 gramme par 100 ml de sang, en vertu d'un projet de loi qui sera déposé sous peu à l'Assemblée nationale. Les courses en voitures et le surf de voiture seront aussi sanctionnés.

Julie Boulet, ministre des Transports du Québec, déposera dans les jours à venir un projet de loi resserrant les sanctions imposées pour l'alcool au volant.

En vertu de cette mesure contenue dans le projet de loi, les conducteurs qui présenteront un taux d'alcoolémie égal ou supérieur à 0,05 gramme par 100 ml de sang verront sur-le-champ leur permis de conduire suspendu pour 24 heures.

Cette mesure de 0,05 gramme par 100 ml de sang équivaut à peu près à deux verres d'alcool.

Toutefois, ni amende ni point d'inaptitude ne seront imposés au conducteur pris en faute, qui ne fera pas l'objet, non plus, de saisie de véhicule.

C'est ce qu'a annoncé la ministre des Transports après avoir reçu, lundi, le second rapport de la Table québécoise de la sécurité routière.

Ce rapport est déposé au lendemain d'un week-end particulièrement meurtrier sur les routes du Québec.

Julie Boulet a en effet rappelé que sept jeunes de moins de 25 ans ont perdu la vie sur le réseau routier de la province dans les derniers jours.

« On peut supposer qu'il y avait de l'alcool en jeu, a déclaré la ministre Boulet. Or, on a tous une responsabilité. Comment ça se fait? Que peut-on faire de plus? C'est important de se poser comme société ces questions-là. »

Le plafond de 0,05 % gramme est déjà en vigueur dans les autres provinces canadiennes. En Colombie-Britannique, par exemple, pareille limite est imposée depuis 1979.

Cibler les jeunes au volant

En matière de sécurité routière, le comportement des jeunes conducteurs est particulièrement préoccupant, ont affirmé de concert la ministre Julie Boulet et Jean-Marie de Koninck, qui préside la Table québécoise de la sécurité routière.

Ainsi, sur l'ensemble des conducteurs de moins de 24 ans ayant perdu la vie dans un accident de la route, 43 % d'entre eux présentaient un taux d'alcoolémie supérieur à la limite imposée par la loi.

Julie Boulet soutient que le fait d'abaisser la limite d'alcoolémie permise à 0,05 gramme fera en sorte d'améliorer le bilan routier du Québec.

Haro à la course en voiture et au surf de voiture

Le projet de loi qui sera présenté pour accroître la sécurité sur les routes comportera aussi des sanctions plus sévères pour sévir contre les coupables de courses en voitures et de surf de voiture.

Québec compte en effet imposer des amendes de 1000 $ et de 1500 $ aux conducteurs reconnus coupables d'avoir coursé en voiture ou d'avoir fait du « car surfing ». Le permis de conduire de ces conducteurs sera suspendu pour sept jours et leur véhicule sera saisi pour sept jours.

Et pour les récidivistes? La suspension du permis de conduire et la saisie du véhicule seront en vigueur pour 30 jours.

L'imposition de six points d'inaptitude pour les conducteurs coupables de surf de voiture et de course en voiture est par ailleurs maintenue.

Pas d'alcool pour les moins de 21 ans au volant

Québec a dans sa ligne de mire les conducteurs de moins de 21 ans.

Dans d'autres provinces canadiennes, de même que dans trente États américains, ces tout jeunes conducteurs n'ont pas le droit de prendre à la fois de l'alcool et... le volant. Si le projet de loi est adopté, il en sera de même en sol québécois. « Ce sera zéro alcool pour les premières années d'expérience au volant », a déclaré la ministre Boulet.

Les 45 partenaires de la Table québécoise de la sécurité routière recommandaient aussi au gouvernement québécois d'adopter des mesures en vue de réduire l'utilisation du téléphone portable au volant, et ce, tant pour l'utilisation du combiné que du « mains-libres ». Mais la ministre des Transports n'a pas retenu cette recommandation dans son projet de loi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !