•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec s'ouvre aux médecins français

Médecin de famille

Médecin de famille (archives)

Photo : La Presse canadienne / AP/Paul Sakuma

Radio-Canada

Le premier ministre Jean Charest signe, à Paris, des accords de reconnaissance des compétences pour les médecins, les sages-femmes, les pharmaciens et les dentistes.

Il sera maintenant plus facile pour les professionnels de la santé français de venir pratiquer au Québec. La réciproque sera également vraie. En voyage officiel en France, le premier ministre Jean Charest a assisté vendredi, à Paris, à l'annonce d'une série d'ententes de reconnaissance mutuelle de la main-d'oeuvre dans le secteur de la santé.

Ces nouveaux accords visent les médecins, les pharmaciens, les dentistes et les sages-femmes. Les infirmières ont signé une lettre d'intention, et un accord pourrait être conclu cet été.

Lors d'une cérémonie qui s'est déroulée au ministère de la Santé, les dirigeants des ordres professionnels québécois et français concernés ont signé l'entente en présence du premier ministre Charest et de la ministre française de la Santé et des Sports, Roselyne Bachelot-Narquin.

Le gouvernement du Québec espère que ces mesures contribueront à regarnir les effectifs médicaux de la province. Aucun chiffre n'a été avancé, mais le Québec est beaucoup plus demandeur que la France.

Il souhaite également conclure, d'ici l'an prochain, une centaine d'ententes similaires avec d'autres ordres professionnels, dont les infirmières et les corps de métiers français.

Ces quatre nouveaux accords porteront à 22 le nombre d'arrangements de reconnaissance mutuelle conclus depuis la signature de l'Entente France-Québec sur la reconnaissance des qualifications professionnelles, en 2008. Les architectes, les avocats, les comptables agréés et les travailleurs sociaux, notamment, font partie des professionnels dont les compétences sont reconnues autant à Paris qu'à Québec.

Pendant sa visite de trois jours en France, Jean Charest doit aussi se rendre à Lyon, où il discutera de développement durable avec des chefs d'entreprise.