•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Innus se font entendre

Une délégation innue s'est rendue à Ottawa jeudi.

Une délégation innue s'est rendue à Ottawa jeudi.

Radio-Canada

Cinq communautés du Nord-du-Québec menacent de bloquer tous les projets de développement minier, forestier et hydroélectrique sur leur territoire afin de faire valoir leurs droits ancestraux au Labrador.

Les Innus des cinq communautés du Nord-du-Québec menacent de bloquer tous les projets de développement minier, forestier et hydroélectrique sur leur territoire s'ils ne sont pas consultés par les différents gouvernements. Une délégation d'une soixante de personnes s'est rendue au parlement pour se faire entendre, jeudi, et a manifesté devant le bureau du ministre des Affaires indiennes à Gatineau.

Les Innus affirment détenir des droits ancestraux sur 460 000 kilomètres carrés de terres au Québec et au Labrador. Ils veulent que le gouvernement fédéral intervienne pour bloquer une entente négociée entre deux communautés innues du Labrador et le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador. Ils disent vouloir faire partie des négociations parce qu'ils détiennent des droits sur les territoires concernés.

Ils demandent maintenant au gouvernement fédéral d'intervenir et de ne pas ratifier d'entente à ce sujet. « C'est notre devoir en tant que leader, notre devoir de précaution d'aviser notre fiduciaire, le fédéral, de ne plus faire les mêmes erreurs, de signer des ententes qui impliquent des tiers qui ont des droits fondamentaux et un titre aborigène sur le territoire », a soutenu Raphaël Picard, chef de la nation innue de Pessamit.

Les Innus déplorent l'attitude d'Ottawa dans le dossier. Ils disent avoir envoyé plusieurs lettres au ministre des Affaires indiennes à ce sujet, sans jamais recevoir de réponse. Ils ont demandé en vain de le rencontrer jeudi.

En plus de bloquer des projets de développement, les Innus menacent aussi de se tourner vers les tribunaux et d'installer des barricades si leurs demandes ne sont pas respectées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !