•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la douleur et de l'insécurité

Une adolescente
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Les jeunes insécurisés ressentent certaines douleurs, comme les maux de tête, plus intensément et plus fréquemment que les autres aux liens plus sécurisants.

Le contexte familial pourrait-il influencer la perception de la douleur chez les jeunes?

Des chercheurs montréalais ont montré que les adolescents insécurisés ressentent certaines douleurs plus intensément et plus fréquemment que les autres aux liens plus sécurisants.

Ces sensations incluent les maux de tête et des douleurs abdominales et articulaires.

Les chercheurs Isabelle Tremblay de l'Université de Montréal et Michael Sullivan de l'Université McGill ont aussi montré que ces adolescents étaient plus susceptibles d'être déprimés que leurs copains.

D'autres études avaient précédemment montré que les expériences vécues pendant l'enfance jouent un rôle essentiel dans le tissage de liens affectifs à l'âge adulte et que l'insécurité affective des nourrissons perdure à l'adolescence et à l'âge adulte.

Les auteurs ont ainsi voulu vérifier comment le niveau de sécurité de l'attachement influençait le rapport avec la douleur.

Nous avons découvert que les adolescents avec un mode d'attachement anxieux tendaient à être plus alarmistes sur leurs symptômes douloureux.

Auteurs

Ces adolescents ont également tendance à amplifier le degré de menace ou de sévérité de leurs douleurs.

Près de 400 étudiants montréalais de niveau secondaire ont été recrutés pour participer à cette étude. Les participants ont été invités à répondre à des questionnaires sur la fréquence et l'intensité de leurs douleurs émotionnelles et physiques.

Le détail de cet article est publié dans le Journal of Pain.

Ces travaux ont été subventionnés par le Regroupement provincial de recherche en adaptation-réadaptation et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.