•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les musulmans ont leur mosquée

Prière

Un musulman fait sa prière (Archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les musulmans de la région de Rimouski ont maintenant leur mosquée et celle-ci est située sur la rue Saint-Jean-Baptiste.

Les musulmans résidant dans la région de Rimouski ont maintenant leur mosquée. Un local situé sur la rue Saint-Jean-Baptiste, à l'intersection de l'avenue Belzile, leur sert de lieu de prière. Les musulmans qui doivent faire cinq courtes prières par jour peuvent s'y présenter en tout temps.

Il y a moins d'une centaine de croyants musulmans dans la région. La plupart sont à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et sont des étudiants d'origine africaine ou arabe.

Les autres sont des immigrants qui résident à Rimouski ou dans des municipalités environnantes. L'un d'eux, Rachid Simarabet, est étudiant à l'Institut maritime du Québec. Il est né en Algérie, mais il demeure au Québec depuis 17 ans. Il ne cache pas que ça le fait rigoler un peu quand on utilise le mot mosquée pour désigner le nouveau lieu de prière des musulmans de Rimouski. « Comme on dit chez nous, c'est un “mosala”, un lieu de prière, parce que la mosquée, c'est grand comme mot, mais bon, pour le moment, on peut la considérer comme notre mosquée », dit-il.

Il n'y a pas d'imam comme tel à Rimouski. La communauté désigne alors un volontaire: « Nous, on ne se complique pas la vie. L'Imam, c'est le plus sage parmi nous, c'est le plus habile à diriger une prière ou prêcher. On le met en avant, c'est tout », poursuit M. Simarabet.

Avant, les musulmans qui voulaient se réunir pour faire leurs prières le faisaient dans une salle de cours que l'UQAR mettait à leur disposition. L'usage était limité à une heure par semaine. « On remercie bien l'Université du Québec de nous avoir prêté ce local, mais franchement, il ne répondait pas vraiment à nos besoins parce que le local, dans les faits, il nous était prêté une heure par semaine et ce n'était vraiment pas assez », affirme M. Simarabet.

La prochaine prière du vendredi, la première qui aura lieu dans le nouveau local, devrait accueillir de 30 à 40 personnes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !