•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que sont-ils devenus? Mario Gosselin

Mario Gosselin

Mario Gosselin

Photo : barclayfortin.blogspot.com

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après avoir côtoyé les Michel Goulet, Joe Sakic et Wayne Gretzky, l'ancien gardien des Nordiques se tient aujourd'hui à des lieues de la LNH.

Près du hockey, loin de la Ligue nationale...

C'est de cette façon que l'on peut résumer la vie de Mario Gosselin depuis qu'il a pris sa retraite, en 1995.

Après avoir joué neuf saisons dans la LNH, avec les Nordiques de Québec, les Kings de Los Angeles et les Whalers de Hartford, Gosselin a décroché de son ancien gagne-pain.

« Je ne suis jamais retourné à un match de hockey de la LNH depuis ma retraite. Je n'ai aucun intérêt pour ça. »

Gosselin n'est pas à l'écart des patinoires pour autant. L'orgueil de Thetford Mines transmet aujourd'hui ses connaissances aux plus jeunes.

« J'ai une école de gardiens de but, sur la Rive-Sud, explique le Québécois à Sports Extra. Avec les pros dans la LNH, on travaille avec la communauté. J'ai toujours travaillé avec les jeunes.

« Quand je me suis retiré en Arizona, mes enfants voulaient jouer au hockey, et le plus accessible là-bas était le roller-hockey. Un gars m'a reconnu et m'a dit que j'étais du mauvais côté de la bande. J'ai bien aimé mon expérience et ça m'a ramené dans le hockey. »

Maintenant de retour au Québec, Gosselin consacre ses soirées aux associations de hockey mineur de la région de Montréal, notamment à Verdun et chez lui, à Saint-Basile. De jour, il enseigne également son art.

« Pendant le jour, je travaille en sports-études avec le Collège Antoine-Girouard. Entre 5 et 10 heures par jour, je suis sur la patinoire. »

Gosselin rejette toutefois l'idée de devenir mentor chez les professionnels.

« Les avions, les hôtels, les restaurants, c'est fini pour moi. J'ai quatre enfants, je rentre à la maison tous les soirs, et quand ils se lèvent le matin, je suis là. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !