•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprise des activités

Le grand collisionneur de hadrons

Photo : CERN

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après plus d'un an de réparations, le grand collisionneur de hadrons est de nouveau en service à la frontière franco-suisse et prêt à élucider le mystère entourant la matière et l'antimatière.

Le grand collisionneur de hadrons (LHC), le plus grand accélérateur de particules du monde, est à nouveau en fonction à la frontière franco-suisse après avoir été arrêté 36 heures seulement après sa mise en service en septembre 2008.

Un défaut sur un des aimants supraconducteurs chargés de guider les particules dans les 27 kilomètres du circuit de l'accélérateur enfoui à 100 mètres sous terre avait causé une panne électrique.

Le LHC est conçu pour propulser les protons à une vitesse proche de celle de la lumière, grâce notamment à ses 9300 aimants.

L'incident avait endommagé 53 de ces supraconducteurs.

Le projet est orchestré par les 20 États européens du CERN, mais au total, des scientifiques de 80 pays y participent, dont plusieurs Canadiens.

Les chercheurs espèrent détecter des traces de l'invisible matière noire, qui composerait plus de 96 % de l'Univers, et percer le mystère du boson de Higgs, une particule jusqu'ici théorique qui donnerait sa masse à la matière.

Au début, seulement une petite fraction du potentiel du LHC sera utilisée. La puissance de l'accélérateur sera progressivement augmentée. Puis, les scientifiques procéderont aux premières collisions de particules.

McGill et l'UdM impliquées dans le projet

Une quinzaine de physiciens montréalais, dont les professeurs Brigitte Vachon, François Corriveau, Steven Robertson, Andreas Warburton, Claude Leroy et Georges Azuelos des départements de physique des universités McGill et de Montréal figurent parmi les membres de l'équipe qui analysera les données recueillies par Atlas, l'un des détecteurs. En outre, les responsabilités des scientifiques de McGill comprennent le développement d'un système de déclenchement conçu pour détecter les collisions de particules intéressantes qui se produisent à l'intérieur d'ATLAS.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !