•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dieppe réglemente la langue d'affichage

Dieppe

(archives)

Radio-Canada

La Ville de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, adopte un règlement pour imposer la présence du français dans l'affichage commercial. Toute nouvelle affiche devra être au moins rédigée dans les deux langues officielles.

La Ville de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, adopte un projet de règlement stipulant que toute nouvelle affiche commerciale extérieure installée sur son territoire doit être écrite en français ou dans les deux langues officielles. La présence du français dans l'affichage deviendra obligatoire.

Le projet de règlement ne s'applique pas aux enseignes existantes. Il touche seulement les nouveaux commerces ou les commerces qui modifient ou remplacent leurs enseignes. Il ne s'applique pas non plus aux raisons sociales ni aux marques de commerce. La langue d'affichage à l'intérieur des commerces est aussi exclue du règlement.

Le vote tenu lundi soir a été unanime. Selon le maire Jean LeBlanc, c'est l'aboutissement d'une politique qui visait depuis longtemps à encourager les commerçants à se défaire de leurs enseignes trop souvent rédigées uniquement en anglais.

« On fait un grand pas pour changer le paysage linguistique de notre communauté pour qu'elle reflète beaucoup mieux notre communauté, et je suis très fier de l'action de notre conseil », a déclaré Jean LeBlanc.

Martin Rioux est à l'origine de ce mouvement pour la bilinguisation de l'affichage. Étudiant en droit, il a lancé une pétition signée par 4000 personnes demandant au conseil municipal d'agir.

« C'est une amélioration et c'est ce qu'on voulait. C'est un grand pas au Nouveau-Brunswick. C'est un grand pas à Dieppe. Puis, nous, on les félicite », affirme Martin Rioux.

Le conseil municipal de DieppeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseil municipal de Dieppe (archives)

L'avocat Michel Doucet, spécialiste des questions linguistiques, félicite aussi le conseil municipal. « C'est une politique bien encadrée sur le plan juridique, qui a des éléments très positifs, et je crois que la population de Dieppe devrait l'appuyer de façon très solide », dit-il.

Ce n'était que la première lecture de l'arrêté. Il en faudra deux autres. S'il est accepté, il entrera en vigueur en 2010. Entre-temps, il y aura des audiences publiques en janvier pour permettre à ceux qui s'opposent à cette mesure d'exprimer leur point de vue.