•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je porte le voile

Natasha Isivic (en blanc), et sa fillette, (à sa gauche)

Natasha Isivic (en blanc), et sa fillette, (à sa gauche)

Radio-Canada

Natasha Isivic est une Québécoise convertie à l'islam qui, à la naissance de sa fille, a choisi de se voiler. Mais, alors qu'elle coréalisait un documentaire sur le port du voile, elle s'est tant et si bien questionnée qu'elle a renoncé au voile.

Le documentaire Je porte le voile montre Natasha Ivisic en train de présenter un témoignage à la Commission Bouchard-Taylor. C'était en octobre 2007. La Québécoise portait alors le voile...

Par la suite, voyant que sa jeune adolescente aurait à son tour à décider de se voiler ou pas, Natasha Ivisic a décidé de se lancer dans un documentaire sur cet important choix pour une musulmane.

Le documentaire qu'elle a réalisé avec Yanick Létourneau illustre le questionnement qui s'est emparé de cette jeune mère québécoise convertie à l'islam il y a une quinzaine d'années, alors qu'elle progressait dans la conception dudit film.

L'auteure du documentaire Je porte le voile

L'auteure du documentaire Je porte le voile

Un questionnement si pressant qu'au terme du tournage, la réalisatrice a renoncé au port du voile.

Le documentaire, qui est en compétition aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), n'est pas un réquisitoire contre les femmes voilées. Comme on s'en doute, il n'est pas, non plus, une apologie du hijab.

Ce n'est pas parce que je l'ai enlevé que je dis « Ah non, c'est pas bon! » La liberté, c'est quand une femme a le droit de choisir.

Natasha Ivisic

Pour plus d'informations sur ce film, consultez le site Internet des RIDM (Nouvelle fenêtre).