•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non à la présence militaire américaine

Des manifestants le poing levé au rassemblement qui a eu lieu à Okinawa, dimanche.

Des manifestants le poing levé au rassemblement qui a eu lieu à Okinawa, dimanche.

Photo : AFP / AFP PHOTO/Kazuhiro NOGI

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des milliers de Japonais manifestent contre le transfert d'une base américaine sur l'archipel d'Okinawa, à quelques jours de la visite officielle du président Obama en territoire nippon.

Le transfert d'une base militaire américaine au Japon a provoqué un rassemblement monstre de plus de 20 000 personnes (selon les organisateurs) sur l'île d'Okinawa, au pays du soleil levant.

Selon un accord signé entre le Japon et les États-Unis en 2006, la base militaire américaine de Futenma, située dans la ville de Ginowan, doit être reconstruite ailleurs sur l'archipel d'Okinawa, d'ici 2014.

Les protestataires ont choisi de se faire entendre à quelques jours de l'arrivée du président américain Barack Obama, en visite officielle au Japon dès vendredi prochain.

Il est à signaler que le gouvernement de centre-gauche, au pouvoir depuis le mois de septembre, a promis de « rééquilibrer » les relations qu'entretient le pays avec les États-Unis.

Le premier ministre japonais, M. Hatoyama, a déjà évoqué la possibilité que la base de Futenma soit transférée ailleurs au pays, voire carrément en dehors du territoire nippon.

Les politiciens restent prudents

Le ministre des Affaires étrangères japonais, Katsuya Okada, s'est contenté de dire qu'il est « improbable » que cette situation se règle d'ici l'arrivée du président américain, vendredi.

Les États-Unis ont déjà annoncé qu'ils sont fermement opposés à l'idée de renégocier les termes de l'accord conclu en 2006 avec le gouvernement conservateur de l'époque.

Les raisons de la colère

Les habitants de Ginowan, où se trouve la base aérienne de Futenma, se plaignent de la pollution, des nuisances sonores et de la criminalité liées aux activités de la base.

Sans compter le risque d'accident, comme ce fut le cas en 2004 avec l'écrasement d'un hélicoptère sur un campus universitaire. Un accident qui n'a heureusement fait aucune victime.

Le nombre imposant de manifestants à Okinawa s'explique également par des préoccupations environnementales. Les écologistes craignent en effet que le site choisi pour reconstruire la base américaine ne cause des dommages aux récifs de corail de la baie.

C'est en 1972 que les États-Unis ont rétrocédé l'archipel d'Okinawa au Japon.

47 000 soldats américains sont toujours en poste au Japon.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, Reuters, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !