•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ed Stelmach en terrain solide

Le premier ministre albertain Ed Stelmach
Le premier ministre albertain, Ed Stelmach (archives) Photo: La Presse canadienne / Jeff McIntosh
Radio-Canada

Les délégués conservateurs ont appuyé à 77 % leur chef et premier ministre de l'Alberta lors d'un vote de confiance samedi dans le cadre de leur congrès annuel.

Le premier ministre de l'Alberta, Ed Stelmach, a gagné haut la main le vote de confiance de ses membres réunis en congrès annuel. Samedi, les délégués conservateurs l'ont appuyé à plus de 77 %.

Quelque 922 délégués ont voté en faveur du chef du Parti progressiste-conservateur contre 269.

Si le parti reste uni, il y a une leçon à tirer de ce résultat, a lancé Ed Stelmach. Il parle déjà de changement et n'écarte pas l'idée d'un remaniement ministériel.

L'ancien candidat à la direction du parti et actuel ministre des Ressources naturelles, Ted Morton, n'est pas surpris du résultat. Il croit que les conservateurs doivent maintenant regagner le terrain perdu.

De son côté, le député indépendant de Fort McMurray-Wood Buffalo, Guy Boutilier, a voté pour du changement à la tête du parti. Selon lui, les conservateurs ne représentent plus la majorité des Albertains.

Pour sa part, la nouvelle chef du parti Wildrose Alliance, Danielle Smith, n'est pas surprise du résultat du vote. À son avis, le résultat prouve que les conservateurs ne sont plus à l'écoute des Albertains.

Un discours unificateur

Vendredi soir, le premier ministre a prononcé un discours faisant appel à l'unité de son parti. Dix-huit mois à peine après une victoire éclatante lors des élections générales, Ed Stelmach doit maintenant composer avec la popularité grandissante de la Wildrose Alliance et l'insatisfaction envers son gouvernement.

Durant son allocution d'une vingtaine de minutes, Ed Stelmach a toutefois rappelé que les Albertains lui ont accordé un mandat fort.

Malgré un déficit annoncé de plusieurs milliards de dollars, le premier ministre a promis de ne pas augmenter les impôts, de ne pas imposer de taxe de vente et de ne pas réinstaurer les primes d'assurances santé.

Il a précisé que la province retrouvera l'équilibre budgétaire d'ici trois ans, et ce, sans toucher au fonds du patrimoine et sans hypothéquer l'avenir de l'Alberta.

Popularité en baisse

Un sondage Environics Research Group, publié par le Calgary Herald cette semaine, indique que la popularité des conservateurs est au plus bas depuis 16 ans.

La formation politique d'Ed Stelmach récolte 34 % des intentions de vote, comparativement à 55 % un an plus tôt. Le sondage téléphonique auprès de 1000 Albertains confirme la hausse de popularité de la Wildrose Alliance.

Le mois dernier, le parti de Danielle Smith récoltait 28 % des intentions de vote, plutôt que 4 % un an plus tôt.

Le Parti libéral arrive en troisième place avec 20 % des appuis populaires, soit 5 points de pourcentage de plus qu'en octobre 2008.

Le sondage a été réalisé du 19 au 31 octobre. Sa marge d'erreur est de plus ou moins 3,1 % 19 fois sur 20.

Aucun thème sélectionné