Vous naviguez sur le site de Radio-Canada

Aide à la navigation
Début du contenu principal
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Acheter ou louer?

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon la croyance populaire, être locataire coûte plus cher. Cette idée est liée à la perception que le loyer représente de l'argent perdu. De plus, on juge que la propriété est une forme d'épargne forcée. Qu'en est-il?

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a tenté de comparer les charges financières de la location et de la propriété (Nouvelle fenêtre) en évaluant le nombre d'heures de travail nécessaires pour se loger.

Les coûts liés à un logement abordable ne devraient pas dépasser 30 % du revenu brut. En se basant sur cette règle, la SCHL a évalué le nombre d'heures qu'une personne payée au salaire moyen doit travailler mensuellement pour que le montant de l'hypothèque d'une maison de prix moyen, dans le cas d'un propriétaire, ou le montant du loyer d'un appartement de deux chambres, dans le cas d'un locataire, ne représente que 30 % de son revenu mensuel brut.

En moyenne au Canada, le nombre d'heures de travail mensuelles nécessaires pour louer un logement s'établissait à 113 en 2008. Un Canadien qui possède une habitation devait en travailler 240.

C'est donc dire que, chaque mois, un Canadien doit travailler 30 journées de 8 heures au salaire horaire moyen de 23,69 $ afin de ramener à 30 % de son revenu brut la mensualité hypothécaire pour une maison de prix moyen, soit 303 594 $.

Or, un mois ne compte que 21 journées de travail: la vie commune devient donc nécessaire.

Évidemment, ce ne sont que des statistiques. On peut se douter qu'une personne seule s'achètera un condo plutôt qu'une grande maison, diminuant ainsi le coût de son hypothèque.

Au-delà des moyennes, il reste que certaines tendances se dégagent. Se loger coûte plus cher aux propriétaires qu'aux locataires. Mais la propriété est un investissement, tandis que la location est exclusivement une dépense.

De plus, la différence des coûts entre la location et la propriété est moins importante dans les petits centres urbains comparativement aux plus grands. Par exemple, les coûts liés à l'habitation sont pratiquement les mêmes à Thunder Bay pour les locataires et les propriétaires. À Montréal, le nombre d'heures de travail requises pour être propriétaire (212) est le double du nombre d'heures requises pour louer (96).

Dans l'ouest du pays, les moyennes ont de quoi surprendre: un locataire vancouvérois moyen doit, mensuellement, travailler 155 heures au salaire horaire moyen de 24,23 $ pour payer son loyer, alors qu'un propriétaire vancouvérois moyen doit en travailler 460 pour effectuer son paiement hypothécaire.

En d'autres termes, un résident de Vancouver qui habite seul dans une maison de prix moyen devra toucher un salaire horaire de près de 67 $ exclusivement pour payer son hypothèque. Et il ne lui restera absolument rien pour ses autres dépenses...

(57,5 journées de travail mensuelles/20,83 journées de travail dans un mois X salaire horaire moyen à Vancouver (24,23 $) = 66,87 $ / heure)

Avec ces données, qui ne doivent pas être considérées comme de parfaites mesures d'abordabilité, on peut se demander si la propriété est réellement avantageuse, voire possible, dans les grands centres urbains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !