•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grippe s'étend à la LNH

Peter Budaj

Peter Budaj

Photo : La Presse canadienne / David Zalubowski

Radio-Canada

L'attaquant des Capitals de Washington, Quintin Laing est devenu le troisième joueur de la LNH à avoir officiellement contracté le virus H1N1.

La LNH suit de près l'évolution des cas de grippe au sein de ses équipes, alors que l'attaquant des Capitals de Washington, Quintin Laing est devenu le troisième joueur à avoir officiellement contracté le virus.

Laing n'a pas joué lors de la victoire des Capitals contre les Flyers mardi soir et il devrait rater au moins les eux prochains matchs.

Le défenseur des Oilers d'Edmonton Ladislav Smid et le gardien de but de l'Avalanche du Colorado, Peter Budaj, ont également été isolés de leurs coéquipiers, le temps d'être traités.

La Ligue nationale n'a pas adopté de mesures spécifiques pour éviter la propagation du virus, mais se dit prête à agir, si nécessaire.

Les représentants du circuit Bettman font régulièrement parvenir de l'information et des recommandations aux équipes.

Campagne de vaccination

De passage à Radio-Canada, la chef de mission de l'équipe canadienne olympique, Nathalie Lambert, a aussi rappelé que les athlètes étaient fortement invités à se faire vacciner contre la grippe H1N1.

« On se souvient qu'à Nagano, un gros virus avait mis à terre une grosse partie du contigent canadien. On ne veut pas revivre ça. »

« Ça a foutu en l'air plusieurs performances canadiennes en patinage de vitesse et en patinage artistique, entre autres. »

Il y a quelques jours, le médecin en chef de l'équipe olympique canadienne, le Dr Bob McCormack réclamait que les athlètes qui défendront les couleurs du pays aux Jeux de Vancouver soient vaccinés en priorité contre la grippe A (H1N1).

L'Agence de la santé publique du Canada a cependant décidé de ne pas vacciner les athlètes olympiques canadiens sur une base prioritaire. Elle juge qu'ils ont amplement le temps de le faire avant les Jeux.

Dans une entrevue accordée à CBC, le Dr McCormack estime toutefois que cette mesure serait justifiée. « Les Olympiques constituent une occasion de rencontre pour les virus du monde », déclare-t-il. « Si vous avez des milliers d'athlètes de centaines de pays dans un petit village fermé, cela constitue un terreau fertile pour les virus. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !