•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ONU ciblée dans une attaque

Un petit hôtel destiné aux ressortissants de l'ONU a été la cible d'une violente attaque

La maison d'hôtes où a eu lieu l'attaque

Photo : AFP / SHAH MARAI

Radio-Canada

À dix jours du deuxième tour des élections présidentielles, les talibans revendiquent une attaque-suicides qui a tué au moins cinq employés de l'ONU ainsi que deux policiers dans un petit hôtel de Kaboul.

Au moins huit personnes, dont au moins cinq employés étrangers de l'ONU et deux policiers, ont été tuées mercredi à Kaboul dans une attaque revendiquée par les talibans. Ces derniers l'ont présentée comme la « première étape » d'une campagne visant à déstabiliser le deuxième tour du scrutin présidentiel qui aura lieu le 7 novembre.

L'attaque a été menée menée contre une maison d'hôtes abritant du personnel de l'ONU par trois kamikazes déguisés en policiers. Pendant trois heures, de violents affrontements ont eu lieu entre la poignée d'insurgés retranchés dans l'hôtel et des policiers afghans. Les trois kamikazes ont été tués durant l'opération.

Les talibans ont revendiqué l'attaque, indiquant qu'il s'agissait de la « première étape » d'une campagne de déstabilisation contre l'élection présidentielle. Rappelons que les extrémistes islamistes ont appelé la population à boycotter le second tour et ont menacé de s'en prendre aux électeurs qui iraient voter.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière ayant visé les Nations unies en Afghanistan depuis la chute du régime taliban, en 2001. Il s'agit, par ailleurs, du sixième attentat en deux mois à Kaboul. Au total, 61 personnes ont péri dans ces attaques.

Peu de temps après, deux roquettes sont tombées dans les jardins de l'hôtel de luxe Serena à Kaboul, sans faire de victimes. L'hôtel Serena est un établissement assez récent, qui est fréquenté par le personnel des ambassades étrangères, souvent pour des réunions, des dîners ou des réceptions, et par une clientèle d'Occidentaux. En janvier 2008, un attentat y avait fait plusieurs morts.

Après l'attaque ciblant l'ONU, qu'il a qualifiée de haineuse et d'inhumaine, le président afghan Hamid Karzaï a ordonné la mise en place immédiate d'une sécurité renforcée pour les organisations internationales à Kaboul.

Le chef de l'ONU en Afghanistan, Kai Eide, a promis que ce nouveau coup de force des talibans ne dissuaderait pas les Nations unies de poursuivre leur mission dans ce pays. « Nous resterons engagés en Afghanistan », a-t-il déclaré.

De son côté, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'est déclaré « profondément choqué et scandalisé » par « ces meurtres méprisables ». « Les Nations unies demeurent déterminées à continuer leur travail dans le pays », a-t-il lui aussi assuré.

Pour sa part, l'OTAN a appelé les Afghans à participer au scrutin présidentiel et à ne pas céder aux talibans. « Les victimes [les employés de l'ONU] de ces attaques terroristes voulaient aider le peuple afghan à bâtir une vie meilleure. En les ciblant, les talibans ont démontré une fois de plus qu'ils étaient vraiment les ennemis du peuple afghan », a affirmé dans une déclaration le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !