•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les opposants reçoivent des appuis

Hôpital
Radio-Canada

Des personnalités québécoises donnent leur appui aux francophones du Nouveau-Brunswick qui luttent pour le rétablissement d'une ancienne régie de la santé qui fonctionnait en français.

Des personnalités québécoises donnent leur appui aux francophones du Nouveau-Brunswick qui luttent pour le rétablissement de l'ancienne régie régionale de la santé Beauséjour, la seule qui fonctionnait entièrement en français avant la réforme des régies.

Ces personnalités sont Benoît Bouchard, ancien ministre fédéral conservateur, Benoît Pelletier, ancien ministre libéral provincial, le Dr Réjean Thomas, ex-président et fondateur de Médecins sans frontières Canada.

Ils ont participé à une conférence de presse à Montréal pour apporter leur soutien à la cause du comité Égalité santé en français, qui conteste devant les tribunaux la réforme des régies de la santé au Nouveau-Brunswick.

« Dans le fond, on ferme une régie qui est francophone pour instaurer une régie bilingue. Vous comprenez qu'au Nouveau-Brunswick, les Acadiens ont beaucoup peur de l'assimilation lorsque justement ils se retrouvent dans des institutions qui ne sont pas francophones ou qui ne sont pas homogènes. Dans ce contexte-là, je trouvais que c'était une cause qui méritait d'être soutenue », explique Benoît Pelletier.

Le comité Égalité santé en français disposait déjà de l'appui de Gérald Savoie, président-directeur général de l'hôpital Montfort d'Ottawa.

Un droit de gestion

En 2008, le gouvernement libéral de Shawn Graham a aboli les huit régies régionales de la santé pour les remplacer par deux entités, la régie A et la régie B.

L'équipe médicale de l'ancienne régie Beauséjour développait une offre de services spécialisés en français. Elle doit maintenant tout négocier avec la nouvelle régie qui englobe un plus vaste territoire et plusieurs établissements de santé. Les opposants à la réforme affirment qu'il s'agit d'une perte de pouvoir pour les francophones.

Les opposants affirment aussi qu'en raison de la nouvelle structure à deux régies, il se trouve plus de services spécialisés dans les régions à majorité anglophone que francophone. Les laboratoires de cathétérisme, par exemple, se trouvent à Saint-Jean et ils fonctionnent généralement en anglais. Il existe deux centres pour les grands brûlés au Nouveau-Brunswick, mais aucun ne fonctionne majoritairement en français. Il en va de même pour les deux centres de neurochirurgie.

La réforme imposée par le gouvernement n'a pas réduit le nombre de services médicaux livrés en français. Le comité Égalité santé en français, dirigé par le Dr Hubert Dupuis, poursuit le gouvernement provincial pour récupérer le pouvoir de gestion de l'ancienne Régie Beauséjour.

Le Nouveau-Brunswick, seule province officiellement bilingue, respecte la dualité linguistique en éducation, mais il ne va pas aussi loin en santé.

Le ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick n'a pas fait de commentaires.