•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un adolescent succombe à la H1N1

Evan Frustaglio

Evan Frustaglio

Radio-Canada

Les autorités de la santé publique de Toronto confirment que le décès du jeune homme de 13 ans est lié à la grippe A (H1N1).

Les autorités de la santé publique de Toronto confirment que le décès d'un garçon de 13 ans est lié à la grippe A (H1N1).

Evan Frustaglio est mort lundi à l'hôpital. Il s'est rendu dans une clinique sans rendez-vous dimanche se plaignant de douleurs au cou et de maux de gorge, selon ce que son père a déclaré au Toronto Sun. L'adolescent a été retourné à la maison, alors que sa fièvre semblait diminuer, mais il a été pris de vomissements, rapporte le père. Il s'est effondré après avoir pris un bain lundi et a été transporté à l'hôpital où il est mort.

Au moins deux autres joueurs des North Stars de Mississauga, l'équipe de hockey bantam pour laquelle jouait le jeune Frustaglio, souffrent de symptômes s'apparentant à ceux de la grippe. Toute l'équipe a participé à un tournoi de hockey à London durant la fin de semaine.

La Greater Toronto Hockey League a pris des mesures pour éviter une possible contagion. Le président de la ligue invite toutefois les gens à ne pas réagir de façon excessive à ce décès.

En entrevue au CBC News Network, Paul Frustaglio, le père de la victime, a déclaré: « C'est horrible. Dites aux gens de surveiller leurs enfants, car le mien est mort très rapidement. »

Arlene KingAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, Arlene King

Appel à la vaccination

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, Arlene King, recommande aux Ontariens de se faire vacciner contre la grippe A (H1N1). Elle a fait cette recommandation au lendemain de la mort d'Evan Frustaglio, un jeune homme de 13 ans de la région de Toronto.

La Dre King indique que les chiffres actuels de l'influenza sont comparables à ceux habituellement observés au plus fort de la saison grippale. Elle précise toutefois que la situation n'est pas inattendue, puisque la récente saison grippale a été plus virulente dans l'hémisphère sud, notamment en Australie.

Arlene King mentionne que les personnes à risque doivent se faire vacciner en priorité. Elle cite les gens de moins de 65 ans avec des conditions médicales préexistantes, les communautés isolées, les travailleurs de la santé, les femmes enceintes qui ne veulent pas attendre l'arrivée du vaccin sans adjuvant et les enfants de moins de cinq ans. Mme King insiste également sur le fait que l'âge moyen des victimes du virus est de 55 ans. Elle invite les gens à ne pas perdre ce facteur de vue, malgré le fait que les trois morts de la deuxième vague de grippe A (H1N1) en Ontario étaient âgés de moins de 16 ans.

Par ailleurs, les autorités de la santé publique de Toronto annoncent qu'elles devancent l'ouverture des centres de vaccination pour le grand public. Plutôt que d'ouvrir le 2 novembre, ces centres entreprendront la vaccination dès jeudi dans la Ville Reine. Comme ailleurs en province, les groupes à risque sont invités à s'y présenter en priorité.

Deuxième vague

La mort d'Evan Frustaglio est le troisième décès lié à ce qu'il est convenu d'appeler la deuxième vague de la grippe A (H1N1) en Ontario. Une jeune fille de Cornwall qui avait contracté le virus a perdu la vie, dimanche. Plus tôt en octobre, un adolescent de 15 ans de Timmins, Justin Bouvier, est mort après avoir contracté le virus.

Le Bureau de santé de Porcupine, qui dessert la région de Timmins, confirme d'ailleurs 41 cas de personnes ayant contracté le virus. Selon les autorités, le nombre de personnes souffrant de la grippe est vraisemblablement plus élevé, car tous ceux qui présentent des symptômes ne se présentent pas nécessairement à une clinique.

Les centres de vaccination contre la grippe A (H1N1) ont ouvert leurs portes lundi dans certaines régions de l'Ontario. Le vaccin est réservé pour le moment aux gens de plus de 65 ans, aux communautés isolées, aux femmes enceintes qui ne veulent pas attendre l'arrivée du vaccin sans adjuvant et aux enfants de moins de cinq ans.

Avec les informations de La Presse canadienne