•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taser admet des risques potentiels

Taser M26

Taser M26 (archives)

Photo : La Presse canadienne / The Gazette, Jim Slosiarek

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour la première fois, le fabricant reconnaît que les décharges électriques du pistolet peuvent provoquer des risques cardiaques. Une coalition d'organismes, dont la Ligue des libertés, réclame le retrait du pistolet controversé.

Après avoir longtemps nié que ses pistolets électriques présentaient des risques, le fabricant Taser International revient sur ses affirmations.

Pour la première fois, Taser reconnaît que les décharges électriques des pistolets peuvent entraîner des problèmes cardiaques. Dans un « guide de visée du Taser » publié à la mi-octobre à l'intention de ses usagers, le fabricant affirme que « le risque qu'un événement cardiaque négatif survienne à la suite de l'utilisation d'un pistolet Taser est considéré comme extrêmement peu probable ».

« Les recherches ont conclu que la distance qui sépare le coeur du dard d'un pistolet est le premier facteur explicatif qui détermine si l'impulsion a une incidence sur le coeur. Le risque est jugé extrêmement faible », poursuit le document.

Taser recommande d'ailleurs aux policiers « quand c'est possible, d'éviter les tirs sur la poitrine, ce qui évite la controverse sur le fait de savoir si un tir de pistolet électrique a une incidence ou non sur le coeur ». Le fabricant souligne qu'il est préférable de tirer vers le bas de l'abdomen plutôt qu'au niveau du thorax.

Le pistolet électrique Taser est utilisé par plus de 14 000 corps de forces de l'ordre dans le monde, dont 12 000 en Amérique du Nord seulement. Taser dit que son pistolet électrique est une alternative moins dangereuse que les armes à feu pour maîtriser des personnes.

Mais son utilisation est contestée par plusieurs organisations qui soutiennent que le pistolet peut être mortel. Par exemple, Amnistie internationale soutient qu'entre 2001 et décembre 2008, 351 personnes sont mortes après avoir subi une décharge du pistolet électrique.

Selon l'organisation, 90 % de ces victimes n'étaient pas armées lorsqu'elles ont reçu les décharges électriques. Au Canada, c'est notamment le cas de Robert Dziekanski. Cet immigrant polonais est décédé à l'aéroport de Vancouver, en octobre 2007, après avoir reçu plusieurs décharges du pistolet électrique.

Le retrait exigé par plusieurs organismes

Cette admission de Taser fait d'ailleurs en sorte que plusieurs organismes, dont la Ligue des libertés et Amnistie internationale-section Canada francophone, réclament que le pistolet Taser soit carrément retiré de la circulation. La coalition prônait jusqu'à présent un moratoire sur l'utilisation du Taser.

« Il est clair aujourd'hui que la demande d'un moratoire n'est plus pertinente puisque le fabricant lui-même avoue que cette arme peut entraîner la mort. Face à cet aveu, nous demandons le retrait du pistolet Taser », a indiqué Dominique Peschard, président de la Ligue des droits et libertés.

Un communiqué publié mercredi rappelle qu'en d'août dernier, des policiers de la Ville de Québec ont utilisé un pistolet Taser contre un homme trisomique dans un centre de réadaptation en déficience intellectuelle.

« Malgré les recommandations de Paul Kennedy, commissaire aux plaintes du public contre la GRC, du commissaire Thomas Braidwood dans l'enquête Robert Dziekanski et du Coroner Rudel-Tessier dans l'enquête Quilem Régistre concernant l'utilisation du pistolet Taser, on ne constate aucun changement au niveau des pratiques d'utilisation de cette arme », a déclaré Anne Sainte-Marie, porte-parole d'Amnistie internationale- Canada francophone.

Par ailleurs, le communiqué de la Coalition souligne que le président de la Commission de sécurité publique de la Ville de Montréal, Claude Dauphin, recevra des experts indépendants lors des audiences publiques que tiendra la commission sur le pistolet Taser.

La Ligue des Noirs du Québec, le Congrès national des Italo-canadiens, région de Québec, Marvin Rotrand, conseiller du district de Snowdon (Montréal), Warren Allmand, conseiller du district de Loyola (Montréal), soutiennent, entre autres, cette nouvelle coalition.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !