•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que sont-ils devenus? Jesse Bélanger

Jesse Bélanger

Jesse Bélanger

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Avec une Coupe Stanley et quelques saisons chez les pros et en Europe derrière la cravate, Jesse Bélanger pourrait accrocher ses patins. Mais le désir de « manger les bandes » l'anime encore...

De Granby à Montréal, en passant par Fredericton, Miami, Hambourg et Saint-Georges-de-Beauce...

Comme tous les vieux routiers du hockey, Jesse Bélanger n'a pas laissé les frontières entraver son chemin.

Ses succès en LHJMQ et dans la Ligue américaine, où il a amassé 98 points en 75 matchs en 1990-1991 avec le Canadien de Fredericton, ont poussé Bélanger vers la Ligue nationale.

Le petit Beauceron a vécu son baptême dans la grande ligue avec le Tricolore, avec qui il a soulevé la coupe Stanley en 1993. Il a ensuite pris la direction de la Floride pour y vivre les débuts des Panthers. Des stages avec les Canucks, les Oilers et les Islanders ont complété sa carrière dans la LNH.

« Ça m'a fait de quoi de partir du Canadien. On venait de gagner la Coupe. Je me ramassais dans l'inconnu, avec les Panthers, une équipe d'expansion. Mais je pense que ça m'a donné un deuxième souffle. À Montréal, j'avais un rôle défensif. En Floride, on m'a permis de me lâcher lousse offensivement! »

Après avoir passé six saisons en Europe, Bélanger est rentré dans ses terres pour s'occuper de son école de hockey, tout en aidant son épouse dans la restauration et - pourquoi pas? - conduire des véhicules lourds pour la compagnie d'excavation d'un ami.

Et grâce à la Ligue nord-américaine de hockey, Bélanger continue à pratiquer le sport qu'il aime, malgré ses 40 ans.

« J'ai encore le feu, le goût de jouer du hockey de compétition. Ça me donne la chance de garder la forme. Je ne suis pas prêt encore à jouer dans les ligues de garage pour m'amuser. J'aime encore la compétition. Me faire rentrer dans les bandes, j'aime encore ça! »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !