•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'offensive se poursuit

Des soldats pakistanais patrouillent les rues durant un couvre-feu dans la ville de Bannu, dans la région du Waziristan, le 17 octobre 2009.

Des soldats pakistanais patrouillent les rues durant un couvre-feu dans la ville de Bannu, dans la région du Waziristan, le 17 octobre 2009.

Photo : AFP / Karim Ullah

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'armée affirme avoir abattu 60 combattants depuis le lancement de l'offensive terrestre il y a 24 heures. Au moins cinq soldats ont également perdu la vie dans les opérations.

L'armée pakistanaise poursuit son offensive contre les talibans réfugiés dans la région du Waziristan Sud, près de la frontière afghane dans le nord-ouest du pays.

L'armée affirme avoir abattu 60 combattants depuis le lancement de l'offensive terrestre il y a 24 heures. Au moins cinq soldats ont également perdu la vie dans les opérations.

Le Pakistan souhaite déloger les talibans de leur fief pour mettre fin à la vague d'attentats terroristes qui a fait au moins 180 morts en 12 jours, et près de 2300 morts en un peu plus de deux ans.

L'opération vise surtout les talibans de Baitullah Mehsud, un important chef de guerre tué par un missile américain en août dernier, qui a été remplacé par Hakimullah Mehsud, aussi fortement opposé à Islamabad.

Associated Press raconte qu'à Makeen, un des repaires des djihadistes, un habitant interrogé par téléphone a raconté que la population était terrifiée et qu'un couvre-feu interdisait de sortir. « Nous avons entendu des bruits d'avion et d'hélicoptères ce matin, puis des explosions. Nous entendons aussi des coups de feu. Il semble que l'armée échange des tirs avec les talibans » a dit Ajmal Khan.

Les forces en présence

Reuters rapporte qu'environ 28 000 militaires sont déployés dans le Waziristan Sud pour combattre les talibans.

Selon un haut responsable militaire cité par l'AFP, l'offensive terrestre devrait impliquer quelque 60 000 militaires.

Les forces terrestres sont soutenues par des hélicoptères de combat et pourront compter sur l'aviation, de l'artillerie et des blindés.

De leur côté, les talibans disposeraient d'environ 10 000 combattants, parmi lesquels se trouveraient un millier d'Ouzbeks, quelques Arabes et une poignée de volontaires en provenance de pays occidentaux. Ils sont équipés d'armes légères, de mitrailleuses, de lance-roquettes antichars et de mortiers. Les bombes artisanales et les attentats suicides font également partie de leur arsenal.

Des milliers de déplacés

Une famille pakistanaise quitte le Waziristan Sud, le 17 octobre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une famille pakistanaise quitte le Waziristan Sud, le 17 octobre.

Photo : AFP / Mohammad Kashif

« Environ 100 000 personnes ont été déplacées. Elles s'installent dans les districts voisins de Tank et Dera Ismail Khan », a déclaré à l'AFP le colonel Waseem Shahid.

« Envion 80 000 personnes ont déjà quitté le Waziristan avant le déclenchement de l'opération. Les gens continuent de quitter le district. Au cours des deux derniers jours, environ 1500 familles, soit 22 000 personnes, ont quitté la zone », a-t-il ajouté.

Les autorités estiment que le nombre de déplacés pourrait atteindre 200 000 alors que des familles continuent de fuir les combats malgré le couvre-feu illimité imposé dans certains secteurs du Waziristan Sud.

Une porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a également confirmé que plus de 100 000 personnes ont été déplacées.

L'armée espère que l'opération sera terminée avant l'hiver. Des responsables militaires ont toutefois indiqué que les talibans offraient une bonne résistance aux troupes pakistanaises.

Depuis 2001, trois opérations militaires ont été lancées afin de chasser les talibans de cette région tribale, mais, jusqu'à maintenant, l'armée se contentait de frappes aériennes, sans envoyer de troupes au sol.

Les États-Unis soutiennent fortement l'intervention du gouvernement pakistanais, et s'engagent à fournir du matériel militaire de haute technologie.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !