•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maziar Bahari libéré sous caution

Maziar Bahari
Maziar Bahari a comparu devant un tribunal révolutionnaire de Téhéran en août Photo: La Presse canadienne / AP /Fars News Agency-Hossein Salehi Ara
Radio-Canada

Téhéran a libéré sous caution le journaliste irano-canadien de Newsweek, emprisonné dans la foulée des manifestations contre la réélection controversée de Mahmoud Ahmadinejad en juin dernier.

Téhéran a libéré sous caution le journaliste irano-canadien Maziar Bahari. La nouvelle a été confirmée par Newsweek, le magazine américain pour lequel il travaille.

Maziar Bahari avait été arrêté le 21 juin dernier, dans la foulée des manifestations politiques suscitées par la réélection controversée, le 12 juin, à la présidence du pays, de Mahmoud Ahmadinejad.

L'opposition accuse les autorités d'avoir truqué les résultats du scrutin au profit du président sortant, une accusation rejetée par Téhéran.

Le journaliste irano-canadien était depuis emprisonné à la prison d'Evin, à Téhéran, accusé comme des centaines de personnes d'avoir participé à un complot de l'opposition pour renverser le pouvoir iranien. Tous ont été jugés lors d'un procès collectif en août.

« C'est avec un grand soulagement que nous saluons la libération de Maziar Bahari d'une prison en Iran », a déclaré le ministre des Affaires étrangères canadiennes, Lawrence Cannon.

Maziar Bahari vit en Iran depuis dix ans et couvre l'actualité du pays pour l'hebdomadaire américain Newsweek.

Selon l'agence iranienne semi-officielle ILNA, qui cite une source judiciaire, une caution de 300 000 dollars a été versée pour sa libération.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters