•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Église catholique se défend

Église catholique
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Église catholique en Nouvelle-Écosse refuse d'être tenue responsable des gestes d'un de ses prêtres, Adolphe LeBlanc, que trois hommes accusent d'agressions sexuelles.

L'archidiocèse d'Halifax exprime cette position dans un document présenté en cour dans le cadre d'une poursuite lancée en janvier dernier par ces trois présumées victimes d'agressions sexuelles. Cette poursuite lancée l'hiver dernier vise l'archidiocèse d'Halifax et le diocèse de Yarmouth.

Dans son document, l'Église soutient qu'elle n'est pas responsable de tous les faits et gestes de ses prêtres. Elle dit aussi qu'elle n'a pas le rôle de protéger les paroissiens dans leurs relations avec leur curé.

Les faits allégués remontent à plus de 50 ans, quand les plaignants étaient âgés de 11 à 15 ans. Deux d'entre eux, Kenneth Boudreau et Raymond Boudreau, sont sortis de leur mutisme en janvier dernier. Ils ont affirmé qu'ils ont été agressés sexuellement à Wedgeport par le père LeBlanc, qui est décédé depuis plus de 35 ans.

Les deux hommes reprochent à l'Église d'avoir placé ce prêtre dans une position d'autorité et d'avoir fermé les yeux sur les plaintes portées contre lui. L'Église nie ces allégations dans son document déposé à la cour.

Kenneth Boudreau et Raymond BoudreauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kenneth Boudreau et Raymond Boudreau

Un jugement rendu par la Cour suprême en 2004 risque toutefois d'influencer cette cause. Ce jugement stipule que les diocèses peuvent être tenus responsables des crimes sexuels de leurs prêtres.

Il s'agissait dans ce cas d'un prêtre de Terre-Neuve qui avait déjà été reconnu coupable d'agressions sexuelles, mais ce n'est pas le cas du prêtre Adolphe LeBlanc. Il est décédé avant que des accusations soient portées contre lui. La poursuite devra donc prouver qu'il y a eu une faute.

L'archevêque d'Halifax, Anthony Mancini, refuse pour le moment de faire des commentaires.

L'Église en difficulté

L'archidiocèse d'Halifax connaît une période difficile ces jours-ci. Raymond Lahey, ex-évêque d'Antigonish, est accusé de possession et d'importation de matériel pornographique juvénile. Il doit comparaître en cour le 4 novembre à Ottawa.

M. Lahey avait lui-même négocié une entente à l'amiable de 15 millions de dollars avec de présumées victimes d'agressions sexuelles commises par des religieux. L'une de ces présumées victimes, Philip Latimer, a lancé une poursuite au civil contre l'archidiocèse d'Halifax et le diocèse d'Antigonish, la semaine dernière, au lieu d'adhérer à cette entente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !