•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grand Bruit bientôt silencieux

Grand-Bruit
Le village de Grand-Bruit
Radio-Canada

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador autorise la fermeture de Grand Bruit, le quatrième village qui connaît ce sort en moins de sept ans en raison de l'exode de la population vers le milieu urbain.

L'exode de la population continue de faire des ravages dans le milieu rural en Atlantique. Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador vient d'autoriser la fermeture de Grand Bruit, le quatrième village qui connaît ce sort en moins de sept ans

Grand Bruit fermera officiellement ses portes en juin 2010, mais l'endroit ressemble déjà à un village fantôme.

L'une des résidentes, Cindy Billard, explique que les trois des habitations sont vides. Le bureau de poste est fermé depuis l'été dernier. Le magasin général a fermé il y a deux ans.

L'école a aussi fermé il y a deux ans parce qu'il n'y avait plus d'enfant : une conséquence du vieillissement de la population.

Le seul lien entre Grand Bruit et le reste du monde est un petit traversier tout rouillé. Grand Bruit, qui a déjà eu plus de 200 habitants, n'en compte plus que 30 aujourd'hui.

Le pêcheur Wayne McDonald explique que même s'il est attaché à son village, il n'a plus le choix de partir. La solitude est la principale raison qui pousse ces gens à tout laisser derrière eux. Il y a aussi une raison économique. Wayne McDonald précise qu'il n'arrive plus à pêcher autant de poisson qu'avant.

Les résidents de Grand Bruit prédisent que le même sort attend d'autres villages traditionnels de pêche, et que ce sera alors la fin d'un mode de vie.

Aucun thème sélectionné