•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guy Laliberté revient sur Terre

Les services de sauvetage russes transportent le touriste de l'espace Guy Laliberté après son atterrissage près de la ville de Arkalyk, au Kazakhstan, le 11 octobre 2009.

Les services de sauvetage russes transportent le touriste de l'espace Guy Laliberté après son atterrissage, près de la ville de Arkalyk, au Kazakhstan, le 11 octobre 2009.

Photo : La Presse canadienne / AP/Yuri Kochetkov

Radio-Canada

Le fondateur du Cirque du Soleil a regagné la Terre cette nuit sans encombre, quelque 24 heures après la présentation de son spectacle sur le thème de l'eau, diffusé depuis la Station spatiale internationale.

Le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, a regagné la Terre cette nuit sans encombre, après huit jours dans l'espace.

Le vaisseau russe Soyouz dans lequel prenaient également place l'astronaute américain Michael Barratt et le cosmonaute russe Guennady Padalka, s'est posé dans les steppes du Kazakhstan vers 04H30 GMT.

Le fondateur du Cirque du Soleil revient donc sur Terre quelques heures après avoir présenté, vendredi soir, son spectacle planétaire sur le thème de l'eau depuis la Station spatiale internationale (SSI).

Pour l'occasion, le premier touriste spatial canadien avait demandé à des artistes et amis de participer à l'événement multimédia bilingue intitulé De la Terre aux étoiles pour l'eau. Pendant deux heures, les participants se sont succédé, mêlant narration, chansons, danses, numéros de cirque ainsi que conversations préenregistrées avec Guy Laliberté et les astronautes de la navette.

Après les salutations d'usage, le « clown de l'espace » a donné le coup d'envoi de son spectacle en expliquant qu'il avait voulu donner un sens à son voyage en attirant l'attention sur la cause de l'eau. « L'eau est la source de la vie. Toutes les huit secondes, un enfant meurt à cause de l'eau contaminée », a déploré le fondateur de One Drop.

Guy Laliberté a expliqué que, comme il n'est pas scientifique, mais artiste, ce spectacle est le seul moyen dont il disposait pour faire une contribution à cette mission.

Le touriste spatial a ensuite présenté l'ancien vice-président américain Al Gore et l'environnementaliste canadien David Suzuki, qui ont tous les deux fait un exposé sur l'importance de l'eau pour l'humanité et les écosystèmes.

C'est l'astronaute canadienne Julie Payette qui a lancé en français, depuis le siège social du Cirque du Soleil, La Tohu, à Montréal, le conte poétique écrit par Yann Martel. Il s'agit d'un dialogue entre trois personnages: Soleil, Lune et Goutte d'eau. L'écrivain s'est joint à elle pour lire à son tour une partie de son conte, cette fois en anglais.

La chanteuse Elisapie Isaac était ensuite au centre d'un numéro du Cirque du Soleil inspiré des mythes et légendes autochtones.

À Johannesburg et à Durban, Peter Gabriel et le Prix Nobel de la paix de 2004, Wangari Maathai, ont pris le relais. De Rio de Janeiro à Moscou en passant par Mexico, New York, Marrakech, Mumbai, Sydney, Osaka, Tampa et Londres, le conte s'est poursuivi tout au long de la soirée sur cinq continents, récité par des vedettes internationales comme Salma Hayek, Bono, Shakira, A.R. Rahman et Gilberto Gil ainsi que par des militants et des enfants.

À Paris, de nombreux artistes francophones, de Garou à Jean-Jacques Goldman en passant par Patrick Bruel, Natasha St-Pier et Michel Fugain, ont interprété L'hymne à la beauté du monde de Luc Plamondon et Christian St-Roch, pendant que défilaient des images du film Home de Yann-Arthus Bertrand.

La soirée s'est terminée par un numéro du Cirque du Soleil à Moscou, suivie d'une série de questions posées aux astronautes par Julie Payette, puis d'images montrant Guy Laliberté, s'amusant avec une goutte d'eau en apesanteur.

Les artistes ont donné leur prestation en direct dans des lieux publics, où la population pouvait se rendre. Les internautes étaient invités à livrer leurs commentaires en direct sur les médias sociaux Facebook et Twitter.

Le coût de ce spectacle multimédia est évalué entre 6 et 10 millions de dollars, qui viennent s'ajouter aux 35 millions payés par Guy Laliberté pour devenir le premier touriste de l'espace canadien. L'émission est disponible sur le site de la Fondation One Drop et sur celui de Radio-Canada pour au moins trois mois.

Guy Laliberté a amorcé sa mission depuis la base de Baïkonour, au Kazakhstan, le 30 septembre dernier en direction de la SSI à bord d'une fusée Soyouz TMA-16.