•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Barack Obama, à la surprise générale

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le prix Nobel de la paix est attribué au président américain pour ses efforts diplomatiques. Barack Obama dit accueillir cet honneur avec « surprise et une profonde humilité ».

Le président des États-Unis, Barack Obama, réagit à son prix Nobel, dans le jardin de roses de la Maison-Blanche le 9 octobre 2009.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président des États-Unis, Barack Obama, réagit à son prix Nobel, dans le jardin de roses de la Maison-Blanche le 9 octobre 2009.

Photo : La Presse canadienne / AP/Alex Brandon

Le prix Nobel de la paix en 2009 a été attribué au président des États-Unis, Barack Obama, pour ses efforts, qualifiés d'« extraordinaires », visant à renforcer la diplomatie et la coopération entre les peuples. En conférence de presse, vendredi, à Washington, M. Obama a déclaré qu'il accueillait « avec surprise et une profonde humilité » la nouvelle de sa nomination.

Le président Obama a déclaré ne pas avoir le sentiment de mériter ce prix par rapport aux lauréats antérieurs. « Pour être honnête, je n'ai pas l'impression que je mérite de me retrouver en compagnie de tant de personnalités qui ont transformé leur époque et qui ont été distinguées par ce prix », a-t-il déclaré.

J'accepterai cette récompense comme un appel à l'action, un appel lancé à tous les pays pour qu'ils se dressent face aux défis communs du 21e siècle.

Une citation de :Barack Obama

Selon lui, le prix servira à faire avancer certaines causes. « Le prix n'a pas été donné pour des réalisations spécifiques, mais pour donner un nouvel élan à certaines causes. [...] Ces défis ne peuvent être relevés par un seul leader, une seule nation », a-t-il dit.

Le prix Nobel sera remis le 10 décembre. Barack Obama a dit qu'il allait offrir le prix d'environ 1,5 million de dollars à une ou plusieurs oeuvres de charité.

Récompensé pour ses efforts en faveur de la diplomatie

Le prix Nobel de la paix 2009 a été attribué à Barack Obama « pour ses efforts extraordinaires en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationale entre les peuples ».

Le comité norvégien du prix Nobel dit avoir accordé une importance toute particulière à la vision du président Obama pour un monde dénucléarisé et aux efforts qu'il a déployés en ce sens. Cette vision, conclut le comité norvégien du prix Nobel, a puissamment stimulé les négociations sur le désarmement et le contrôle des armements.

Le président Obama a créé un nouveau climat en politique internationale. Le multilatéralisme a repris une position centrale, l'accent étant mis sur le rôle des Nations unies et d'autres institutions internationales. Le dialogue et les négociations sont les instruments de prédilection pour résoudre les conflits internationaux, même les plus difficiles.

Une citation de :Comité norvégien du prix Nobel

« Grâce à l'initiative de Barack Obama, les États-Unis jouent un rôle plus constructif dans la lutte contre les grands changements climatiques auxquels le monde fait face », poursuit le comité norvégien du prix Nobel. « La démocratie et les droits de l'homme seront renforcés ».

Il est très rare qu'une personne capte l'attention du monde et offre l'espoir d'un avenir meilleur comme Obama a pu le faire. Sa diplomatie s'appuie sur le concept que ceux qui mènent le monde doivent le faire en fonction de valeurs et d'attitudes qui sont partagées par la majorité de la population mondiale.

Une citation de :Comité norvégien du prix Nobel

Le président du comité Nobel norvégien, Thorbjoern Jagland, avait expliqué un peu plus tôt que son groupe a fait une entorse à la tradition, qui veut que le lauréat soit prévenu une heure avant l'annonce. « Réveiller un président au milieu de la nuit, ce n'est pas une chose à faire », a-t-il dit.

Quelques réactions

Lorsque le nom du lauréat a été annoncé à l'institut Nobel, on a entendu une clameur de surprise parmi les journalistes. C'est qu'on décerne un prix à un homme qui dirige un pays toujours impliqué dans des conflits en Irak et en Afghanistan, où on parle de bourbier comparable au Vietnam.

Mais en Afghanistan, le président Hamid Karzaï a estimé que le comité Nobel avait sélectionné la bonne personne, tandis que les talibans, eux, dénonçaient ce choix.

En Iran, un conseiller du président Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que son pays espérait « que cela l'incitera à emprunter la voie qui apportera la justice dans le monde ».

Le prix Nobel de la paix 1983, le Polonais Lech Walesa, croit que le choix d'Obama est prématuré. « Si tôt? Trop tôt. Il n'a aucune contribution à son actif jusque-là. Il n'en est qu'au début. Il commence seulement à agir. C'est probablement pour l'encourager à agir. Voyons s'il persévère. Donnons-lui le temps d'agir. »

En Afrique du Sud, par contre, l'ex-militant antiapartheid, Desmond Tutu, Nobel de la paix en 1984, a comparé le lauréat à « un jeune Mandela ».

Au Proche-Orient, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, souhaite que la création d'un État palestinien se fasse au cours de la présidence Obama, tandis que le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, dit qu'il espérait que cela ferait avancer la paix. Le mouvement islamiste palestinien Hamas juge, quant à lui, que l'attribution du prix est prématurée.

Changement de ton

Depuis son arrivée au pouvoir, le 20 janvier, le président Obama a imposé un changement de ton qui marque une nette rupture par rapport à son prédécesseur, George W. Bush.

Après avoir connu une ascension fulgurante sur la scène politique nationale, en raison notamment de son refus de cautionner la guerre en Irak, le président Obama s'est démarqué lors de la campagne électorale américaine en préconisant une politique de la main tendue envers des pays rangés dans le camp ennemi par le président Bush, dont l'Iran, la Syrie et le Venezuela.

Le président américain Barack Obama reçu par son homologue russe Dimitri Mevedev.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président américain Barack Obama et son homologue russe Dimitri Mevedev en juillet 2009.

Photo : AFP / Ria/Vladimir Rodionov

Depuis qu'il a pris possession de la Maison-Blanche, il est effectivement passé de la parole aux actes, en tendant la main à la République islamique d'Iran, avec laquelle des négociations sur la question nucléaire sont en cours, et en rétablissant des liens diplomatiques avec la Syrie. Il a également prononcé un discours très remarqué à l'intention du monde arabo-musulman, dans lequel il appelait à l'établissement de nouveaux liens avec l'Occident.

Le président Obama a également annoncé la fermeture prochaine de la prison de Guantanamo, où des centaines de prisonniers sont détenus sans avoir été accusés ni jugés, annoncé l'abandon du projet de bouclier antimissile qui braquait la Russie et entrepris des efforts diplomatiques soutenus en vue de la reprise des pourparlers de paix au Moyen-Orient.

Le fait que le président Obama préside tout de même à deux guerres pourrait faire grincer des dents, bien qu'il s'agisse de conflits décidés par le président Bush. En Afghanistan, par exemple, le président américain a décidé l'envoi de dizaines de milliers de soldats supplémentaires pour lutter contre les talibans. Il a également autorisé la poursuite des attaques menées par des drones américains dans les zones tribales du Pakistan.

Le président Obama devient le troisième président américain à recevoir le prix Nobel de la paix pendant qu'il est en fonction. Les deux autres sont Theodore Roosevelt, primé pour son rôle de médiateur dans la guerre russo-japonaise, en 1906, et Woodrow Wilson, pour avoir fondé la Société des Nations, en 1919. Jimmy Carter l'a reçu en 2002 pour ses efforts diplomatiques constants.

Le seul Nobel norvégien

Les prix Nobel sont remis à Stockholm, en Suède, à l'exception de celui de la paix, qui est remis à Oslo, en Norvège.

Dans son testament rédigé en 1895, où il consacrait la création des prix remis en son nom, Alfred Nobel, un Suédois, souhaitait que le Nobel de la paix soit remis par un comité norvégien.

Au moment de la création du prix Nobel de la paix, en 1901, la Suède et la Norvège relevaient en effet d'une même monarchie. C'est en 1905 que la Norvège est devenue indépendante, avec sa propre Couronne.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !