•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux recherches de pointe récompensées

Willard Boyle

Willard Boyle

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chercheur canado-américain Willard Boyle et son collègue George Smith sont récompensés pour un dispositif qui a révolutionné le monde de l'imagerie numérique. Charles Kao est également primé pour ses travaux sur la transmission de la lumière par fibre optique.

Trois chercheurs dont les travaux ont entraîné à terme l'avènement de l'ère numérique dans laquelle nous vivons se partagent le prix Nobel de physique 2009.

Deux chercheurs des laboratoires Bell, le Canado-Américain Willard Boyle et l'Américain George Smith, ont ainsi vu leurs travaux dans le domaine des semi-conducteurs récompensés.

M. Boyle, diplômé de l'Université McGill de Montréal qui vit en Nouvelle-Écosse, où il est né, a mis au point avec M. Smith le premier système d'imagerie numérique utilisant un capteur CCD (dispositif à couplage de charges).

L'autre moitié du prix a été décernée à Charles Kao. Le scientifique américano-britannique a réussi à calculer comment transmettre la lumière sur plus de 100 kilomètres dans de la fibre optique. Cette découverte a entraîné la mise au point de fibre optique dite ultrapure, en 1970, et à terme aux réseaux de communication à large bande qui sont la base des télécommunications modernes.

Les lauréats du prix Nobel 2009Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les lauréats du prix Nobel 2009

Photo : AFP / BERTIL ERICSON

Le capteur mis au point par MM. Boyle et Smith a permis de lire rapidement les signaux électriques obtenus grâce à l'effet photoélectrique et de les transmettre en pixels.

Cette découverte a révolutionné le monde de la photographie, en le faisant passer de l'ère du film à l'ère électronique, ce qui a facilité le traitement et la transmission des images.

Le capteur CCD, qui est en quelque sorte l'oeil d'un appareil numérique, connaît aussi des applications médicales. Il est utilisé pour l'imagerie médicale, tant pour établir des diagnostics que pour procéder à des microchirurgies.

Joint au téléphone par l'Académie royale des sciences de Suède, M. Boyle a dit repenser à son invention en constatant la popularité des appareils photo numériques. « Même si ce ne sont pas exactement nos capteurs CCD, ils en sont à l'origine, donc nous sommes ceux, je suppose, qui avons été à la source de cette profusion de petits appareils utilisés dans le monde entier », a-t-il dit.

« Je crois que l'application la plus importante de notre invention, celle qui m'a le plus touché personnellement, est survenue lorsqu'une sonde envoyée sur Mars a utilisé une caméra comme la nôtre, et que nous avons vu pour la première fois la surface de Mars. Ce n'aurait pas été possible sans notre invention », s'est-il remémoré.

M. Kao reçoit la moitié de la bourse de 10 millions de couronnes suédoises, soit plus de 1,5 million de dollars, qui est associée au prix. MM. Boyle et Smith se partagent l'autre moitié.

Le Nobel de médecine a été attribué lundi. Les lauréats dans le domaine de la chimie, de la littérature, de la paix seront annoncés à tour de rôle d'ici vendredi. Le Nobel d'économie sera remis lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !