•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une menace potentielle pour le saumon

Un saumon de l'Atlantique
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une étude effectuée en Gaspésie et dans le nord du Nouveau-Brunswick mesure l'impact de la présence de l'algue didymo sur la croissance du saumon de l'Atlantique dans les cours d'eau.

L'algue didymo, une espèce particulièrement envahissante, est apparue l'été dernier dans la rivière Upsalquitch, au Nouveau-Brunswick. L'an prochain cette rivière, qui se déverse dans la Restigouche, sera étudiée à la loupe par l'étudiante Carole-Anne Gillis, qui consacre son projet de maîtrise à une étude de l'impact de l'algue sur l'alimentation des jeunes saumons de l'Atlantique.

Cette année, son analyse se concentre dans la rivière Matapédia, en Gaspésie. Lors d'une précédente recherche, elle a découvert que l'algue didymo abrite un bon nombre de larves d'insectes, dont les jeunes saumons qui se nourrissent.

« Ce qu'on essaie de voir, c'est s'il y a moins de nourriture qui arrive avec le courant, si les poissons [...] se donnent de l'effort pour aller chercher la nourriture dans le fond du lit à travers les tapis de didymo », précise Carole-Anne Gillis.

Luc Gagnon, biologiste régional au ministère des Ressources naturelles au Nouveau-Brunswick, ne veut pas présumer des résultats de l'analyse. Il croit toutefois que si les jeunes saumons doivent déployer plus d'efforts pour trouver leur nourriture, cela nuira à leur survie.

« Le petit risque d'avoir de la misère à croître, puis lorsqu'il va devenir saumoneau, il va être peut-être en condition moins bonne », indique M. Gagnon.

Carole-Anne Gillis présentera les résultats préliminaires de son étude en janvier. Son mémoire sera déposé l'année suivante, au printemps 2011.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !