•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les talibans revendiquent l'attentat contre le PAM

Chargement de l’image

Des policiers de l'escouade antiterroriste ont été déployés après l'attentat.

Photo : La Presse canadienne / AP/B.K.Bangash

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un attentat-suicide commis par les talibans dans les bureaux du Programme alimentaire mondial, en plein coeur d'Islamabad, tue cinq employés. L'ONU annonce la fermeture temporaire de tous ses bureaux dans le pays.

Au Pakistan, cinq employés du Programme alimentaire mondial (PAM) ont été tués, lundi, lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser dans les bureaux de l'agence onusienne à Islamabad.

Les victimes sont deux Pakistanaises, un Pakistanais et un Irakien travaillant pour le PAM. Plusieurs personnes ont été blessées dans cette attaque, qu'ont revendiquée les talibans.

Une porte-parole de l'ONU, Susan Manuel, a déclaré à l'AFP que l'ONU a conséquemment décidé de fermer tous ses bureaux au Pakistan « jusqu'à nouvel ordre ».

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui a dénoncé un crime « odieux », a toutefois promis que l'ONU allait poursuivre sa mission. « Nous allons continuer notre aide humanitaire aux Pakistanais », a-t-il expliqué, en rappelant que « plus de 2 millions de personnes déplacées avaient un besoin urgent d'assistance humanitaire ».

Une enquête est en cours pour savoir ce qui s'est produit. Les bureaux du PAM à Islamabad sont normalement placés sous très haute sécurité. Selon les premières indications, le kamikaze aurait eu un uniforme des Frontiers Corps, une unité paramilitaire.

« C'est une terrible tragédie pour le PAM et pour toute la communauté des organisations humanitaires au Pakistan », a déclaré le directeur général adjoint du PAM, Amir Abdulla, dans un communiqué.

« Nous adressons nos condoléances aux familles, amis et collègues des tués et des blessés. Ces gens travaillaient pour aider les plus pauvres et les plus vulnérables au Pakistan « , a-t-il ajouté.

L'attentat contre le Programme alimentaire mondial (PAM) se produit en outre après que le nouveau chef des talibans pakistanais, Hakimullah Mehsud, eut prévenu que son groupe se vengerait pour la mort de son prédécesseur. Baitullah Mehsud a été tué par un missile tiré d'un drone américain au début du mois d'août.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Hakimullah Mehsud, à la fin du mois de novembre 2008.

Photo : AFP / A. Majeed

Hakimullah Mehsud est d'ailleurs apparu à la télévision pakistanaise, lundi, après avoir reçu des journalistes dans son fief du Waziristan du Sud dimanche. La vidéo met fin à des spéculations de responsables pakistanais et américains selon lesquelles il aurait lui aussi été tué.

« Je suis vivant et assis en face de vous. Toutes les histoires sur ma mort étaient sans fondement. Vous pouvez voir que je suis vivant », dit-il à la caméra, en présence d'autres responsables des talibans pakistanais. À ses côtés apparaît notamment Wali-ur-Rehman, avec lequel il était réputé s'être disputé après la mort de Baïtullah Mehsud.

Les attentats à la bombe sont monnaie courante au Pakistan, où l'armée est engagée depuis plus de deux ans dans une lutte sanglante contre les talibans pakistanais dans les territoires frontaliers avec l'Afghanistan.

Ce conflit - et particulièrement la récente offensive gouvernementale dans la vallée de Swat, au nord-est d'Islamabad - a d'ailleurs jeté des centaines de milliers de personnes sur les routes, augmentant du coup le travail du Programme alimentaire mondial dans la région.

La capitale Islamabad n'avait pas été touchée par un attentat depuis que l'explosion d'une bombe a tué deux policiers au mois de juin. Deux employés de l'ONU ont aussi perdu la vie en juin dernier lors d'une attaque contre un hôtel de Peshawar.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !