•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ardi refait l'histoire

Ardi
Science/J.H. Matternes

La découverte des restes fossilisés d'un hominidé qui vivait il y a près de 4,5 millions d'années nous rapproche un peu plus de l'ancêtre commun des humains et des grands singes, estiment des chercheurs.

Percée majeure dans la compréhension de l'évolution humaine: les restes fossilisés d'un hominidé qui vivait il y a près de 4,5 millions d'années ont été décrits par des équipes internationales de chercheurs.

Les fossiles de la créature baptisée Ardipithecus ramidus ont été découverts en 1992 dans le désert éthiopien, mais 17 années ont été nécessaires pour les extraire et les décrire et ainsi saisir leur importance.

Le fossile le plus complet mis au jour est celui du crâne d'une femelle surnommée Ardi.

De nombreux autres ossements incluant ceux de jambes et de pieds, de mains, mais aussi des dents et des pelvis, ont été mis au jour.

La couverture du magazine Science Photo : Science

Les chercheurs estiment que les fragments découverts appartiennent à au moins 36 individus, incluant des jeunes, des mâles et des femelles.

Analyse

L'examen des os d'Ardi permet de déduire qu'il s'agissait d'une femelle bipède, pesant 50 kilos pour une taille de 1,20 mètre.

Cet hominidé évoluait dans un habitat arboré (bois, forêts) et se servait de ses quatre membres pour grimper aux arbres. Il pouvait aussi adopter la station debout et se déplacer en tant que bipède.

Le paléoanthropologue Gen Suwa, de l'Université de Tokyo, soutient que le visage d'Ardi, proéminent, avait une apparence de singe. Le positionnement de son cerveau était toutefois semblable à celui des humains modernes. Ses canines supérieures s'apparentaient également plus à celles de l'homme qu'à celles, longues et acérées, des chimpanzés.

L'analyse de l'émail dentaire laisse penser qu'il se nourrissait entre autres de fruits, de noix ou de feuilles.

Grand-mère de Lucy

L'examen comparatif de ses os montre qu'elle était plus primitive que l'australopithèque Lucy, découverte en 1974 et longtemps considérée comme le plus vieil hominidé connu.

En fait, elle aurait vécu un million d'années avant Lucy.

Considérant que l'ancêtre commun des humains et des chimpanzés aurait vécu il y a environ de 6 à 10 millions d'années, la découverte d'Ardi nous en rapproche encore un peu.

Le squelette d'Ardi rapproche la science comme jamais auparavant de l'ancêtre commun des singes et de l'homme. Cette créature [Ardi] est en fait une mosaïque intéressante, ni chimpanzé, ni humain.

Pr Tim White, Université de Berkeley

L'anthropologue Tim White, de l'Université Berkeley, estime que cette découverte montre que les grands singes africains et les humains ont suivi des chemins très différents depuis leur dernier ancêtre commun.

Selon le Pr White, la seule façon de savoir à quoi ressemblait l'ancêtre commun de l'homme et du singe sera de le trouver.

Ardi n'est pas cet ancêtre commun, mais c'est le plus près dont nous ayons pu jamais nous approcher.

Pr Tim White

Ardi est l'objet de 11 articles de 47 auteurs publiés simultanément dans le magazine Science.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press