•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Un conseiller de l'ex-maire Harbour parle

L'ancien conseiller politique de Stéphane Harbour, Jean-Claude Patenaude

L'ancien conseiller politique de Stéphane Harbour, Jean-Claude Patenaude

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Jean-Claude Patenaude, ex-conseiller politique de l'ancien maire d'Outremont, donne sa version des faits sur le scandale des comptes de dépenses qui a mené à la démission de Stéphane Harbour il y a deux ans.

Deux ans après les polémiques qui ont secoué Outremont et mené au départ du maire Stéphane Harbour, son ancien attaché politique Jean-Claude Patenaude sort de l'ombre.

En 2007, une vérification révèle plusieurs irrégularités à son sujet, dont un compte de dépenses de 18 000 $ pour 2006. M. Patenaude affirme aujourd'hui que la majeure partie cette somme a été dépensée pour des élus.

La façon de fonctionner était simple, c'est-à-dire que je payais pour les élus quand on allait au restaurant.

Une citation de :Jean-Claude Patenaude

Son compte de dépenses aurait servi à payer des repas pour l'ex-maire Harbour et certains conseillers. Il cite les noms de Claude Piquette, de Louis Moffatt et d'Ana Nunes.

Impossible de rejoindre l'ex-maire Harbour. Ana Nunes, qui se présente à nouveau aux élections municipales, parle d'un seul repas payé. Quant aux conseillers et candidats Louis Moffatt et Claude Piquette, ils n'ont pas commenté non plus.

Les élus ne voulaient pas utiliser leur allocation non imposable, qui était de près de 14 000 [$].

Une citation de :Jean-Claude Patenaude

Plusieurs sources confidentielles nous ont confirmé l'existence de cette pratique.

Les policiers n'ont pas porté d'accusation dans cette affaire, car aucun des gestes mentionnés n'est illégal. Malgré cela, tous les conseillers refusent de commenter.

Le rapport de KPMG

Le rapport de KPMG indiquait effectivement qu'on ne retrouvait pas le nom des élus sur les factures.

Jean-Claude Patenaude affirme que les vérificateurs auraient dû tenir compte de ses explications pour comprendre l'ampleur des comptes de dépense. « KPMG m'a dit: c'est de valeur, mais on n'a pas le mandat d'enquêter sur les élus. Notre enquête porte sur ce qui est administratif. J'ai dit oui, mais on a beau être administratif, c'est eux qui sont sur mes comptes de dépenses. »

C'est la Ville qui avait défini le mandat, trop restreint aux yeux de M. Patenaude, qui se perçoit comme un bouc émissaire. « Les élus, au lieu de dire par dignité: "c'est vrai qu'on a mangé et que c'est lui qui payait", tout le monde a décidé que le salut est dans la fuite », fait-il valoir.

Seule la mairesse actuelle d'Outremont, Marie Cinq-Mars, a réagi aux propos de l'ancien conseiller politique de Stéphane Harbour. Selon elle, Jean-Claude Patenaude n'a aucune crédibilité.

C'est une personne [Jean-Claude Patenaude] qui écrivait des noms sur des factures en remplacement d'autres personnes.

Une citation de :La mairesse d'Outremont, Marie Cinq-Mars

« J'ai dénoncé une situation d'irrégularités en 2007, ajoute Mme Cinq-Mars. On m'a rapporté qu'effectivement, certaines personnes étaient là de façon régulière, entre autres, Alain Tittley, qui se présente pour Vision Montréal. » À l'époque, Alain Titley était porte-parole de l'arrondissement d'Outremont.

Marie Cinq-Mars, qui a succédé à Stéphane Harbour, a supervisé une réforme administrative, en 2008, afin d'éviter que des irrégularités ne se reproduisent.

D'après un reportage de Davide Gentile

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !