•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les arts visuels en deuil

« 3e Gigue », 1972, Coll. MNBAQ, don du ministère du Conseil exécutif du Québec
« 3e Gigue », 1972, Coll. MNBAQ, don du ministère du Conseil exécutif du Québec
Radio-Canada

La lissière Micheline Beauchemin succombe à un AVC, à la résidence de l'hôpital Saint-Sacrement de Québec, à l'âge de 79 ans.

La lissière Micheline Beauchemin est décédée mardi soir, à la résidence de l'hôpital Saint-Sacrement de Québec. Elle avait 79 ans. L'artiste a succombé à un accident vasculaire cérébral.

Dans un communiqué, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) salue la mémoire de cette femme, qu'il qualifie d'unique. Le communiqué poursuit en disant qu'avec la fibre, la laine et le métal, elle « a réalisé une oeuvre éblouissante transgressant les frontières de la tapisserie et de la sculpture pour venir habiter plusieurs de nos espaces publics ».

D'ailleurs, le MNBAQ propose une exposition de l'artiste jusqu'au 11 octobre.

Le musée est fier d'avoir pu réunir en une exposition, Micheline Beauchemin. Fleuve de lumière, des témoignages vibrants de sa créativité qui s'est nourrie aussi bien de ses voyages, de ses expériences technologiques que de son enracinement dans la nature québécoise.[[citation auteur="Esther Trépanier, directrice générale du MNBAQ" ]]

Un des grands noms en arts visuels

Micheline Beauchemin était considérée comme un des grands noms des arts visuels au Québec. Elle voit le jour à Longueuil, le 24 octobre 1929. Après des études à l'École des beaux-arts de Montréal, elle se rend à Paris étudier à l'École des beaux-arts de Paris et à l'Académie de la Grande Chaumière. Elle travaille particulièrement le vitrail et le dessin.

L'artiste se consacre d'abord à la peinture et aux vitraux. C'est au cours d'un voyage en Grèce qu'elle s'intéresse aux murales, aux broderies et aux tapisseries. En 1953, lors de sa première exposition, elle présente ses vitraux à Chartres, en France. Trois années plus tard, elle expose ses premières tapisseries au Palais des Beaux-Arts de Chartres.

Micheline Beauchemin revient au Canada en 1957. Elle participe à la première Exposition nationale d'artisanat. Le Canada choisit deux de ses tapisseries pour embellir son pavillon à l'Exposition internationale de Bruxelles, en Belgique, en 1958.

Artiste globe-trotter

Au cours des années 1960, elle se rend au Japon, en Chine, en Birmanie, au Mexique, au Cambodge, en Amérique latine et en Inde. Elle y approfondit ses connaissances des nouvelles technologies et techniques ainsi que des matériaux et des motifs les plus récents. Elle étudie en particulier le tissage de rideaux de scène au Japon.

Ses voyages autour du globe enrichissent son répertoire de couleurs et de matériaux.

Le rideau d'acrylique qu'elle a fait pour le Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts à Montréal (1963-1967) et le rideau de scène du Centre national des Arts à Ottawa (1966-1969) comptent parmi ses tapisseries les plus connues. On lui a aussi demandé de réaliser des tapisseries:

  • à Queen's Park à Toronto (1968-1969)
  • dans l'édifice des sciences sociales à la York University (1970)
  • pour la Compagnie de la Baie d'Hudson à Winnipeg (1970)
  • au pavillon canadien à l'Expo de 1970 à Osaka
  • pour le ministère du Revenu à Québec

Son portfolio comprend des oeuvres très variées: des rideaux de scène, des tapisseries, des tapis muraux, des murales, des broderies, des murs flexibles, des vitraux, des maquettes, des collages, des jouets, des costumes ainsi que des illustrations.

Quelques-uns des prix et distinctions obtenus par Micheline Beauchemin:

  • prix du Gouverneur général en arts visuels en 2006
  • prix Paul-Émile-Borduas en 2005
  • titre de Chevalier de l'Ordre national du Québec en 1991
  • La Navette d'or » en 1988
  • le Prix d'excellence Saidye-Bronfman en 1982
  • la médaille de l'Institut royal d'architecture du Canada en 1982
  • le titre d'Officier de l'Ordre du Canada en 1973
  • le prix du Conseil des Arts du Canada en 1967
  • la médaille d'argent du Centenaire du Canada en 1967

Mme Beauchemin était membre de la Société royale des arts du Canada et la Société royale du Canada depuis 1971.

Aucun thème sélectionné