•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laliberté dans l'espace

Guy Laliberté s'envole

Dans l'espace

Photo : AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2009 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, s'est envolé avec succès vers la Station spatiale internationale à bord d'une fusée Soyouz, tôt mercredi matin, de la base de Baïkonour, au Kazakhstan.

Le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, s'est envolé avec succès vers la Station spatiale internationale à bord d'une fusée Soyouz, tôt mercredi matin, à partir de la base située à Baïkonour, au Kazakhstan. Le décollage s'est déroulé sans encombre, peu après 3 heures, soit à l'heure prévue.

En montant dans la fusée, les trois hommes, de bonne humeur, ont chanté oh Mammy blue, Mammy blue. Des photographes qui assistent aux décollages depuis 20 ans ont affirmé n'avoir jamais vu un équipage monter de la sorte dans une fusée Soyouz.

La capsule doit voyager pendant deux jours avant de s'amarrer à la Station spatiale internationale, vendredi matin.

C'est un Guy Laliberté heureux, blagueur et enthousiaste qui était apparu devant les journalistes pour un dernier point de presse, mardi, à 24 heures de son départ vers la SSI. Communiquant derrière une vitre, puisqu'il était en quarantaine, le fondateur du Cirque du Soleil disait être prêt à partir, et affirmait qu'il n'avait pas de peur particulière à l'approche du départ.

Quand on lui a demandé ce qu'il avait le plus hâte de voir, il a répondu que c'est la Terre vue de l'espace. Selon lui, lorsque les astronautes parlent de la première fois qu'ils ont vu la planète d'en haut, ils ont de la lumière dans les yeux, mais ne peuvent pas nécessairement traduire l'expérience en mots. C'est ce qu'il souhaite maintenant ressentir.

De nombreux proches présents

Au cours de la rencontre, le Québécois a aussi parlé des objets qu'il prendra avec lui dans l'espace. Il a mentionné que le seul livre qu'il apportera sera Le Petit Prince, d'Antoine de Saint-Exupéry. Laliberté dit avoir parlé de l'oeuvre au cours des derniers jours avec ses deux collègues, le cosmonaute russe Maxim Souraïev et l'astronaute américain Jeffrey Williams. Les trois hommes liront le classique dans l'espace.

Guy Laliberté a pu bavarder avec ses proches avant le grand départ. Une quarantaine de personnes avaient fait le voyage à Baïkonour, au Kazakhstan, pour assister au décollage de la fusée. Sa compagne, ses cinq enfants, de même que des personnalités comme l'astronaute Julie Payette, le chanteur Garou et le PDG du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, étaient présents.

L'homme d'affaires, qui a déboursé 35 millions de dollars pour cette aventure, compte utiliser son voyage pour attirer l'attention sur les problèmes d'eau de la planète.

Il emporte d'ailleurs un texte de l'écrivain Yann Martel qu'il lira en direct de l'espace. La lecture de ce message fera partie de plusieurs spectacles organisés dans 14 villes dans le monde à partir du 9 octobre, qui seront diffusés sur RDI. Plusieurs personnalités participeront à l'événement, dont l'ancien vice-président américain Al Gore, l'astronaute Julie Payette, le chanteur Peter Gabriel, le groupe U2 et la chanteuse Shakira.

Lors de l'annonce de son départ en juin, l'astronaute amateur a indiqué que ce projet ne pouvait tomber mieux pour lui en cette année du 25e anniversaire d'existence du Cirque du Soleil et de son 50e anniversaire de naissance. Il a aussi noté que le cirque présentera un premier spectacle en Russie quelques jours après son retour.

Le tourisme spatial

  • Guy Laliberté est le 7e « touriste » du programme de l'agence spatiale russe mis sur pied en 2001 pour financer ses activités.
  • Dennis Tito fut le premier touriste spatial en 2001. Il avait payé 20 millions de dollars pour pouvoir voyager dans l'espace.
  • La première femme touriste de l'espace fut Anousheh Ansari en 2006.
  • Après avoir payé 25 millions de dollars pour son premier vol en avril 2007, Charles Simonyi a déboursé 35 millions pour un deuxième voyage en avril dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !