•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle présidente

Alexa Conradi

Alexa Conradi

Radio-Canada

Alexa Conradi devient présidente de la Fédération des femmes du Québec. Elle succède à Michèle Asselin qui occupait ce poste depuis six ans.

Lors de l'assemblée générale annuelle de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) tenue samedi à Montréal, Alexa Conradi a été élue dès le premier tour de scrutin à la présidence de l'organisme.

Elle succède à Michèle Asselin qui occupait ce poste depuis six ans. Tel que le stipulent les statuts et règlements de la FFQ, elle devait quitter son poste après un troisième mandat consécutif de deux ans.

Alexa Conradi, qui est âgée de 37 ans, est une militante féministe de longue date qui se définit elle-même comme une mère de famille anglophone, fille d'immigrants et lesbienne.

Elle a été préférée à Sylvie Lévesque et Anne Pasquier. C'était la première fois dans l'histoire de la Fédération que trois candidates sollicitaient le poste de présidente.

Alexa Conradi est l'une des membres fondatrices de Québec solidaire, alors que la FFQ s'est toujours définie comme une organisation non partisane. Elle assure toutefois que ses allégeances politiques n'auront pas d'influence sur sa présidence.

Née en Angleterre, elle a déclaré dans un communiqué de presse qu'elle compte démontrer que le féminisme est encore pertinent de nos jours.

Reconnue comme une femme d'action et d'idées, cette militante de la FFQ depuis dix ans veut également faire échec au discours qui laisse croire que l'égalité entre les hommes et les femmes est atteinte.

À force d'être placé sur la défensive, à force d'entendre que notre mouvement n'est plus pertinent, nous nous trouvons marginalisées. Pas moins convaincues, mais faisant face à plus de défis.

Alexa Conradi

Les défis sont nombreux pour la nouvelle présidente. En moins d'une dizaine d'années, le nombre de membres de la fédération est passé de près de 900 à moins de 500. La décision de l'organisme d'appuyer le port de symboles religieux dans la fonction publique a divisé de nombreuses féministes.

En entrevue à La Presse Canadienne, la présidente sortante, Michèle Asselin, a affirmé son intention de poursuivre son engagement social. Elle n'a toutefois pas voulu dire si elle comptait se lancer en politique, à l'instar de quelques-unes de ses prédécesseures.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !